Le Slime : un jouet entre pédagogie et risques

Le Slime, cette pâte visqueuse et malléable, constitue un jouet divertissant à toucher. Plus qu’un simple jeu, il permet aussi d’apprendre la science en s’amusant en servant de support pédagogique pour les enfants et les adolescents. Mais le Slime doit s’utiliser avec précaution, pour éviter que la substance tactile passe au toxique.

Gluant et tendance, le Slime est une pâte à malaxer qui existe depuis des années. Il se retrouve dans de nombreux kits de jeux et, aujourd’hui, il est possible de le fabriquer soi-même grâce à des vidéos « Do it yourself » circulant sur internet. La popularité du Slime s’est accrue durant ces dernières années, doublant même en 2017 les bénéfices de la Colle Cléopâtre, utilisée pour fabriquer cet objet. « Pâte visqueuse, pâte à prout, pâte à ballon ou encore balle rebondissante, toutes les générations sont touchées par ce nouveau jeu à la mode qui consiste à fabriquer puis à s’amuser avec des masses gluantes » précise le fabricant de colle dans un communiqué de presse. Outre son aspect divertissant, le Slime peut servir de support pédagogique pour enseigner la science.

Apprendre en malaxant

L’idée d’apprendre les sciences avec des Slime remonte avant la popularisation du jouet durant la dernière décennie. En 2004, l’enseignant de chimie Brian Rohrig explique déjà comment la pâte gluante peut véhiculer des concepts scientifiques au Lycée. « Fabriquer des Slimes est une tradition annuelle pour de nombreux lycéens en chimie » explique-t-il dans un article de la revue ChemMatters. Grâce au Slime, des concepts tels que les fluides non-Newtoniens, la viscosité ou la polymérisation se partagent de façon ludique auprès des adolescents.

Les enfants apprennent également la science avec ce jeu. Patrick D. Krantz, professeur associé à l’université de Westminster, développe à cette même période une série d’activité pour les plus jeunes. La conception du Slime devient un moyen d’engager la discussion et de susciter le questionnement chez l’enfant. « Cette approche permet d’enseigner davantage de sciences sans détourner l’attention des autres domaines de contenu et de développer simultanément des compétences essentielles en matière de recherche » conclut l’auteur dans la revue Science Activities.

En 2019, l’apprentissage par le Slime s’étudie encore. Un document rédigé par Naomi Kirkvold, coordinatrice à l’université du Nebraska, décrit plusieurs activités scientifiques pouvant se mener avec les enfants. Parmi celles-ci figure une leçon où le Slime se confectionne avec des colorants alimentaires. « Les élèves qui avaient un Slime à rapporter à la maison étaient vraiment heureux d’avoir un souvenir » précise le rapport. Il s’agit donc d’un support amusant pour parler de science aux plus jeunes. Pourvu que cela se fasse dans de bonnes conditions.

Un touché pas si inoffensif

Les médias ont traité en 2018 la question de la manipulation du Slime de façon alarmante. Pour cause, un communiqué de presse de l’ANSES et de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) alerte au mois de mai sur les risques relatifs au Slime. Cette communication s’effectue suite à des cas d’atteintes cutanées en lien avec des Slimes faits « maison ». « Les tutoriels de fabrication de Slime se multiplient sur Internet et de nombreuses recettes sont proposées, à base de constituants comme la colle à papier et la lessive » explique le communiqué. L’agence sanitaire met ainsi en garde les consommateurs quant à l’utilisation excessive de produits toxiques utilisés lors de la conception du Slime. Par contre, le jouet vendu en kit ne présenterait pas de risque si son mode d’emploi est respecté.

En décembre 2018, l’ANSES et la DGCCRF publient un nouveau communiqué de presse afin de rappeler les risques de la conception du Slime « maison ». Cette fois-ci, ils précisent le nombre de cas signalés aux centres antipoisons : 87 cas entre janvier et 15 mai 2018, contre 91 en 2017. D’autre part 14 jouets sont retirés du marché parce qu’ils ne respectaient pas la réglementation. À l’heure actuelle, le Slime peut toujours être utilisé pour apprendre et s’amuser. Cependant, l’utilisation sans excès de kits réglementés est préférable afin de toucher la pâte gluante sans crainte.

Clara Barrau

Image : Nevit [CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search