Les Sciences du sport : Discipline méconnu

Jeudi 28 novembre, Reportage à la faculté des sciences du sport de l’université de Strasbourg.

C’est au centre du campus de l’université de Strasbourg que se trouve le bâtiment Escarpe, qui accueille la faculté des sciences du sport. Bâtiment récent pour un champ disciplinaire qui l’est tout autant.

Alors que l’exposition temporaire « Corps et Sport », qui avait débuté en octobre 2018, vient de se terminer à la Cité des Sciences, qu’en est-il de la connaissance des sciences du sport par le grand public et les moyens de médiation mis en place actuellement ?  

Au première étage du bâtiment, se trouve le bureau de Monsieur Vieille-Marchiset enseignant-chercheur, directeur de l’unité de recherche Sport et sciences sociales et auteur du livre  “La conversion des corps”, sortis en novembre dernier. « Les sciences du sport sont récentes et se sont énormément développées, mais c’est un dynamisme très peu connu au sein de l’Université » explique le chercheur. Les sciences du sport forment l’ensemble des sciences qui ont pour but la connaissance des différents aspects des pratiques sportives. Elles trouvent leurs racines institutionnelles dans les années 70 à travers la formation des professeurs d’éducation physique. Mais ce sont dans les années 80 que les sciences du sport vont se structurer, notamment autour des sciences humaines et sociales comme l’histoire et la sociologie. Puis, dans les années 90, le Conseil national de l’université (CNU) crée la 74eme section universitaire, nommé : Unités de formation et de recherche en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (UFR-STAPS) qui se transforment progressivement en « Faculté des Sciences du Sport » et achève la séparation entre  la discipline et la formation des professeurs d’EPS.

Les outils de médiations des sciences du sport peuvent prendre une forme classique, comme des expositions ou encore des conférences, mais l’outil le plus efficace est le sujet même qu’il étudie : le sport. Les associations sportives sont un rouage essentiel dans la diffusion de ce sujet. « Je suis enseignant d’abord, chercheur ensuite, et j’essaie que toutes mes recherches aient un impact direct, c’est pour cela que je suis très impliqué dans des associations qui agissent sur le terrain », ajoute M. Vieille-Marchiset.

« La spécificité des sciences du sport, c’est que nous sommes interdisciplinaires », poursuit le chercheur, en désignant les autres bureaux présents dans la pièce, « Ma collègue qui est juste ici est neuroscientifique, ou mon collègue, là, fait de la psychologie des apprentissages ». Le laboratoire de l’université de Strasbourg est pluridisciplinaire. L’équipe est composée d’une trentaine de chercheurs : des historiens, de sociologues, de managers ou encore de spécialistes des sciences de l’éducation. « On échange énormément, on traite les données ensemble, on mélange nos méthodes de travail et c’est notre grande force », conclut M.Vieille-Marchiset, en désignant cette fois la table de réunion au centre de la salle. Les thèmes étudiés sont donc très larges allant de la physiologie du sport, et la préparation des athlètes, jusqu’à l’impact des politiques sportives dans les milieux populaires, comme par exemple : l’impact du karaté sur la reconstruction du corps pour les femmes victimes de viol.

Ce reportage est en lien avec l’interview écrite par Chloé Ronjon, présente dans le même dossier.

Jérôme Arnaud


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search