Le troisième âge à l’âge du numérique

L’illectronisme, ou inhabileté numérique touche 67% des Français de plus de 75 ans contre 17% pour l’ensemble de la population, selon un rapport de l’Insee paru en octobre 2019. Dans cette conjoncture, la demande en cours d’informatique destinés aux personnes âgées grimpe en flèche. Focus sur les méthodes pédagogiques et l’apport de ces formations pour les apprenants.

Ce jour-là, dans la médiathèque de Chaponost, une pièce est réservée à la fédération ADMR du Rhône. Comité restreint mais salle comble : 1 formateur et 8 formés, studieux, tous devant une tablette, lunettes sur le nez. « C’est primordial de savoir utiliser une tablette pour ne pas être en retard sur notre temps », explique une des élèves.

L’ADMR (Aide à Domicile en Milieu Rural) est le premier réseau français associatif de service à la personne. Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, les ateliers d’initiation au numérique accompagnent les séniors dans l’apprentissage du numérique depuis 2017, sous l’impulsion et le financement de la CARSAT (Caisse d’Assurance Retraite et Santé au Travail Rhône-Alpes).

 Alors que la déclaration de revenus et le paiement en ligne sont devenus obligatoires en 2019, 40%  des personnes de plus de 70 ans ne se connectent jamais à Internet, d’après les chiffres du Baromètre du numérique 2018 publié par le Ministère de l’Economie et des Finances. Et parmi ces 40 séniors, 35 n’ont pas de diplôme ou un niveau BEPC.

En tant que phénomène contemporain, Internet a été considéré comme la chasse gardée des jeunes générations. La fracture numérique pose problème car savoir utiliser des ressources comme Internet ou le traitement de texte est devenu indispensable. Cette inhabileté représente donc un réel handicap.

Laëtitia Di Folco, l’animatrice des ateliers de l’ADMR, a voulu mettre son expérience au profit de l’ancienne génération. Titulaire d’un diplôme de psychologie clinique obtenu à l’université Paris Nanterre, elle a débuté sa carrière auprès d’enfants dans le milieu scolaire et familial avant de se tourner petit à petit vers des publics plus âgés. Elle raconte : « J’ai été formatrice, notamment en bureautique. Enseigner à des séniors m’intéressait énormément. Cette offre d’emploi pour l’animation d’ateliers d’initiation au numérique m’a paru être un super projet, j’ai donc postulé. Depuis 2017, j’ai accompagné des personnes de 60 à 92 ans, c’est une chouette aventure ».

 Apprendre l’informatique quand on a plus de 60 ans ou quand on en a moins de 20, c’est différent. Déjà parce que les derniers n’ont pas eu à apprendre les bases de l’informatique de façon académique, ils ont grandi avec, s’en sont imprégnés. Selon Laëtitia Di Folco, « l’idée c’est d’avoir une pédagogie où on répète beaucoup, où l’on use de patience. Il y’a également des supports écrits car tout retenir paraît compliqué pour la plupart. Ils peuvent donc y revenir à l’issue des ateliers ».

Les cours se déclinent en quinze séances à raison de 2h30 par semaine. Les séniors y apprennent la gestuelle du tactile, les recherches sur Google, la consultation des mails, l’envoi de photos ou encore la recherche d’une adresse sur les Pages jaunes. « Je n’y connaissais absolument rien et maintenant je n’ai plus besoin de demander de l’aide aux membres de ma famille pour utiliser ma tablette » confie une des participantes. Un bilan plutôt satisfaisant : au fur et à mesure de l’avancée du programme, les apprenants gagnent en aisance et surmontent les difficultés liées à l’appropriation de l’objet tablette.

Trois séances sont consacrées aux démarches administratives, où l’on apprend comment créer un compte sur une plateforme de l’administration ou comment remplir un formulaire en ligne. Ce volet passionne moins car il est plus difficile : les formalités sont rébarbatives, moins divertissantes que l’apprentissage de YouTube par exemple. « En outre, les seniors  estiment injuste d’être obligés de s’équiper pour réaliser ces démarches. Cependant, quand bien même ils les perçoivent comme une contrainte, beaucoup en reconnaissent la praticité et s’y plient » détaille Laetitia Di Folco.

Malgré cela, la formatrice reste très fière de ses élèves : « Ils sont bluffants. Les e-mails, les photos et internet, ne posent aucun soucis. La plupart sont très motivés, curieux et ont envie d’apprendre. Ils y trouvent ce qui leur plaît ».

Pendant le cours, l’ambiance est conviviale et les discussions vont bon train. Ce cours lutte doublement contre l’isolement car il permet aussi de revoir des connaissances et de socialiser. Pour les participants, c’est aussi important que de savoir créer un compte Facebook.

D’après une interview de Digiposte et un reportage vidéo de la ville de Chaponost, pré-existants.

Océane Alouda
Image : Pixabay – geralt


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search