« Pour un sujet comme l’amour, la difficulté c’est l’absence de balisage »

Comme une déclaration, la dernière exposition temporaire du Palais de la découverte, avant sa fermeture pour travaux, parle d’amour. Ce sentiment qui ébranle l’Homme depuis la nuit des temps s’y découvre sous le prisme de la biologie, de la chimie ou encore de la sexologie… Entretien avec Astrid Aron, co-commissaire de l’exposition « De l’Amour », à visiter jusqu’au 30/08/2020.

Qu’est-ce qui vous a mené à la muséographie et en quoi consiste votre travail ?

Astrid Aron (AA) : J’ai une formation d’ingénieur et un doctorat en sciences des matériaux. Cela m’aide à comprendre plus vite la parole scientifique, a priori, mais ce n’est pas indispensable dans mon métier. Ce qui m’a guidée vers la muséographie, c’est d’abord une appétence pour les sciences, mais aussi une insatisfaction : mon travail en recherche était trop restreint et solitaire. J’ai senti que j’allais plus apporter dans la « traduction scientifique » qu’en découvrant des choses merveilleuses en recherche.

A Universcience, nous sommes une trentaine de muséographes venus de tous horizons, scientifiques ou non. Notre mission est de construire un discours, à partir d’un thème donné. Ensuite, avec des scénographes, des réalisateurs, des illustrateurs etc. nous réalisons des expositions, qui si possible intéressent les gens.

Comment se choisit une exposition comme « De l’amour » ?

AA : Universcience regroupe la Cité des Sciences et de l’Industrie et le Palais de la découverte. Ce sont deux sites plutôt conséquents avec un grand nombre d’expositions à l’année. Nous avons donc un comité de programmation qui s’assure que l’offre est suffisamment large, que l’on draine des publics suffisamment variés, avec une part de fréquentations assurée… Tout ça est un équilibre complexe et les muséographes peuvent bien sûr suggérer des idées mais le comité est décisionnaire. Même principe pour la composition de l’équipe : Maud Gouy, la co-commissaire de l’exposition, Julia Maciel et moi-même avons été nommées sur “ De l’amour ”. Nous avions des affinités et envie de traiter le sujet donc cela s’est fait en bonne entente.

 Le rapport à la science n’est pas évident dans un sujet tel que l’amour. Pouvez-vous retracer la conception de l’exposition ?

AA : Généralement, on démarre d’une page blanche, il n’y a pas de collection préexistante à valoriser. En ce qui concerne l’amour, la difficulté c’est l’absence de balisage. Avec Maud Gouy, nous avions précédemment travaillé sur Louis Pasteur, là, c’était différent, il y a des livres, des scientifiques de référence… Ce n’est pas forcément plus facile mais nous savions où trouver les informations.

L’amour traverse beaucoup de disciplines mais est souvent une composante parmi d’autres, comme les émotions par exemple. Il n’y a pas, a priori, de « scientifique de l’amour ».  Il a vraiment fallu chercher un contenu scientifique solide, sans préjugés, parmi la pléthore de discours, ce qui était une autre difficulté.

Quand on monte une exposition, on constitue un comité scientifique et culturel. Il se réunit 2 ou 3 fois au cours du projet et nous lui présentons nos avancées. Son avis est consultatif mais reste important car il nous aide et nous garantit que nous prenons le bon cap. 

Il y a plusieurs découpages dans l’exposition : comment avez-vous lié sciences et culture?

AA : L’exposition est en deux parties. La galerie des attachements ouvre l’exposition. C’est un espace avec un bric-à-brac culturel autour de l’amour, au sens large. Il y a des dioramas, des poèmes, des contes… Le visiteur est mis en état d’être touché, avant la deuxième galerie, celle des sciences. 

En réalité, les chercheurs étudient l’amour depuis peu de temps. Les artistes l’abordent depuis des millénaires, ils ont donc beaucoup d’avance. Après coup, des ponts ont pu être faits entre les intuitions des artistes et les résultats scientifiques. Dans le cerveau, il n’y a pas de distinction : du désir sexuel au sentiment  d’amitié, certaines des zones du cerveau impliquées sont communes et un même neurotransmetteur peut influencer différentes formes d’amour. 

Le cœur de l’exposition, c’est la galerie des sciences. Séparer les deux galeries a été un vrai parti pris mais cette scission peut faire apparaître la science comme « froide ». C’est là que le travail de scénographie intervient. Il nous fallait une présence forte de la vidéo, car notre culture de l’amour est énormément influencée par le cinéma notamment Hollywood. Et dans un registre amusant : des annonces audio parodiques ponctuelles nous conseillent par exemple de faire attention à notre taux d’ocytocine si l’on a fait trop de rencontres dans l’exposition.

Maintenant que l’exposition est lancée, quels sont les retours et quel est votre ressenti?

AA : Le public du Palais de la Découverte est très mixte. Nous n’avons pas encore d’étude quantitative, mais il semble y avoir un peu plus de jeunes de 15 à 25 ans que d’habitude. C’était un peu notre défi d’attirer cette tranche d’âge, sachant qu’elle n’est pas majoritaire.  

Dans le livre d’or, nous avons reçu des commentaires vraiment enthousiastes et très peu de négatifs. Sur une thématique comme celle-ci, surtout quand il est question de sexualité, on n’est jamais à l’abri de critiques mais là, ce n’était pas le cas.

Réaliser une exposition c’est une course effrénée, et à l’ouverture on est toujours ravis de cette concrétisation. Et sur “De l’amour”, les dispositifs ont peu de pannes d’usage, la joie est donc double!

Océane Alouda
Image : Exposition « De l’amour », au Palais de la découverte. MINA PERRICHON


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search