Comment engager le public, entretien avec Muriel Meyer Chemenska, muséographe et scénariste.

Qu’est-ce que le tactile en muséographie ?

L’action de toucher est rendue possible par tout ce qui peut être présenté en volume. Cela va de la maquette de territoire, jusqu’à des petits os d’un vestige ou d’un reste humain. Ce sont les fac-similés. Après, on va vous dire “on a fait des écrans tactiles ça se touche !” C’est vraiment la forme la plus euphémisée du tactile. Ce qui a du sens c’est le fait de pouvoir toucher de façon sensible et pas juste actionner des commandes sur un écran. Cela ne vous apprend rien, vous n’allez pas fabriquer du sens en poussant un bouton. Je pense qu’il faut vraiment qu’on ait un contenu dans le tactile. Ouvrir une fenêtre ou tirer un tiroir ne peut être qualifié de tactile, car c’est de la scénographie.

Y’a-t-il des thématiques plus propices à la médiation par le toucher ?

J’ai l’impression qu’on pourrait dire oui d’emblée, par exemple quand on expose des sculptures ou des objets comme des mobiliers archéologiques. En fait, tout ce qu’on pourrait mettre en vitrine qu’on ne peut pas toucher pourrait être propice à la fabrication de fac-similés. C’est une question d’imagination. Par exemple, lors d’une visite d’un musée sur la thématique bibliothèque on peut faire toucher du papier, des cuirs ou des ferrures de couverture de livres. 

Depuis quand des éléments à toucher sont-ils présents dans les musées ?

En France, c’est assez récent, c’est vraiment devenu quelque chose à laquelle on pense depuis les lois sur l’accessibilité. Au départ, les objets à toucher étaient proposés pour les malvoyants, et puis on s’est rendu compte que tout le monde les touchait et adorait ça !

Le tactile numérique est-il la tendance ?

Pas vraiment : tout d’abord, les médias numériques sont un investissement financier important. On s’est par ailleurs rendu compte que tout ce qui est numérique possède son propre langage et sa propre ergonomie. Bref au lieu d’être accessible à tous, ce média n’est parfois pas accessible aux visiteurs, des adultes notamment. Par ailleurs, un écran tactile est un « trou noir », on peut être totalement absorbé par le contenu. Mais cela reste un objet 2D qui ne fait jamais le travail d’un objet en 3D ! La tendance est plutôt aux touchotechs. Il s’agit d’un espace où l’on propose différents objets au visiteur, afin qu’il puisse répondre à une problématique.  »Quelle place donnez-vous au sens tactile dans vos expositions ? « Autant que faire se peut, dans la mesure où tous les contenus ne s’y prêtent pas forcément. Toute la difficulté si on part sur du toucher c’est de fabriquer des choses pertinentes en termes de contenu, manipulables et accessibles d’emblée au visiteur. Disons qu’il ne faut pas construire des choses où la présence d’un médiateur est requise pour se servir de l’objet. Je préfère concevoir des objets en volume porteur de possibles et de sens en termes de médiation.  Le sens du toucher engage le corps, et engager le corps c’est engager l’émotion. En tant que concepteurs, nous sommes ainsi plus généreux avec le visiteur quand on offre divers moyens d’appropriation de la narration et des contenus ! De plus, certaines personnes appréhendent les choses tactilement, ainsi, voir et lire ne leur suffit absolument pas.

Carole Mainguy


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search