« Apollo 11, c’est la première fois qu’une agence spatiale s’ouvre et communique à fond »

Entretien avec Jean-Yves Marchal, médiateur au Jardin des Sciences de Strasbourg et spécialiste de l’astronomie, pour redécouvrir la mission Apollo 11 et tout le programme spatial associé, sous l’angle des sciences et du spectaculaire.


En tant que médiateur scientifique, qu’est-ce qui vous frappe quand vous interagissez avec le public lors de vos conférences sur Apollo 11 ?

Dans ces conférences, je voulais, non pas faire une liste à la Prévert, mais donner une idée du contexte. J’ouvre la présentation en faisant revivre ce moment historique rare, avec mon expérience de jeune spectateur âgé de 9 ans. Je suis allé chercher les images de l’INA, en noir et blanc, avec les commentaires d’époque. Généralement dans la salle il y a toujours au moins une personne qui a aussi vécu ce moment et qui vient me dire à la fin : « Vous m’avez fait presque pleurer ».

Et puis, maintenant, de nouvelles missions spatiales ont régulièrement lieu et nous sommes inondés par de belles images via les réseaux sociaux. Alors les gens se demandent si nous serions dans la même émotion si quelqu’un est envoyé sur Mars aujourd’hui.

Comment avez-vous effectué vos recherches pour ces conférences ?

Côté scientifique, Apollo 11 c’était simplement trois instruments posés à la surface et 21 kilos de roches lunaires alors que des centaines de kilos seront rapportés par la suite. Je me suis donc concentré sur les expériences vécues et les archives de la NASA ont été une grande ressource. Le site internet a rendu disponible la quasi-totalité des échanges de la mission, dans lesquels j’ai fouillé. La mission Apollo 11 ne se résume pas à la photo du « pas » sur le sol lunaire ou à celle de Buzz Aldrin. Elle ne se résume pas non plus au flamboyant, à la fierté américaine, ou à Saturn V, la plus grande et la plus puissante des fusées. 

Le plus fascinant se trouve ailleurs, dans ce qui n’a pas été dit dans cette communication hyper enthousiaste. Par exemple, une information méconnue, c’est qu’au moment du redécollage, le module lunaire aurait pu s’écraser. Sur la lune, il fait froid et la luminosité réfléchie par le sol empêche de dormir. C’est dans cette situation d’inconfort que Buzz Aldrin a aperçu une goupille au sol et a fini par comprendre qu’il s’agissait d’un élément essentiel du moteur de remontée. Pendant que lui s’échinait à remettre la goupille avec un stylo, le centre spatial a remarqué que ce même moteur commençait à givrer… A quelques minutes près, l’histoire se serait terminée tragiquement.

Est-ce que vous mentionnez d’autres aspects de l’aventure spatiale ?

Oui, je parle aussi de la pollution de la Lune. Entre ce que nous y avons déposé lors des missions avec astronautes ou automatisées, y compris des déchets organiques humains, c’est un vrai dépotoir. La première photo qui a été prise d’Apollo 11, c’est l’échelle de descente du module avec à côté, un sac poubelle. Cela nous montre aussi que l’humain est humain.

Il faut savoir qu’Apollo 11 ne s’est pas inventée, les missions se sont se déclinées sur l’ensemble d’un programme qui n’a pas toujours été rose. A cette époque de la Guerre Froide, l’URSS était la première dans la course de l’espace. Les Etats-Unis voulaient à tout prix envoyer des hommes sur la Lune. En 1967, le vaisseau d’Apollo 1 a grillé lors d’un test, entraînant la mort de l’équipage. Le gouvernement américain a quand même eu la volonté politique de continuer. 

Ce qui est aussi intéressant à aborder en conférence, c’est que c’est la première fois qu’une agence spatiale s’ouvre et communique à fond. Pas sur tout bien entendu : pas sur les petites mains, notamment ces femmes noires qui réalisaient les calculs mathématiques et dont le film « Les figures de l’ombre » retrace l’histoire, ou encore les couturières qui confectionnaient les combinaisons. Apollo ce n’était pas que les astronautes, c’était aussi 400 000 collaborateurs et héros cachés.

Depuis la dernière mission Apollo en 1972, l’Homme n’a plus posé pied sur la Lune. Quel est le futur de l’exploration de notre satellite ?

Après toute cette effervescence, les missions se terminent. Question de budget et de politique. Parallèlement, en trame de fond, une question populaire : « l’espace à quoi ça sert ? ». Donc en conférence, je montre que le programme Apollo est pionnier sur la conception d’outils, de matériaux, de matière grise. Je rappelle que sans le spatial nous n’aurions ni la fibre carbone, ni les batteries de téléphone, ni certains médicaments… Lors de la dernière mission, Apollo 17, était présent pour la première fois, un scientifique, le géologue Harrison Schmitt.

Maintenant, la problématique s’oriente sur “comment la Lune peut devenir davantage un objet de recherche scientifique et non plus uniquement un objet de conquête”, car il reste encore des points d’interrogation sur notre satellite naturel. Les géologues, planétologues, astronomes témoignent d’une réelle envie de renouveler des missions sur la Lune.

Ce qu’on essaye de dire aussi en conférence, c’est que l’exploration spatiale automatisée, c’est possible, avec des résultats souvent plus concrets. Si les agences spatiales partent encore bille en tête sur l’aventure et le spectacle, comme Apollo 11, l’opinion publique l’acceptera nettement moins.

Océane Alouda
Image : Nicolas Busser


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search