Série Chernobyl : (en)quête de vérité

Surfant sur des peurs contemporaines ravivées par la récente catastrophe de Fukushima, la récente mini-série de HBO Chernobyl a rencontré un vif succès. La précision glaçante avec laquelle sont dépeintes la gravité et l’horreur de la situation couplée à la qualité de la réalisation en font une expérience immersive, passionnante et angoissante. Mais ce qui est le plus remarquable, c’est bien le caractère éducatif de la série. Ainsi, l’enquête des principaux protagonistes sur l’origine de l’accident aboutit à une scène magistrale de pédagogie de plus d’une demi-heure dans le dernier épisode. D’abord le fonctionnement de la centrale et le principe du test de sécurité mené le soir de la catastrophe sont expliqués à l’aide d’une maquette de la centrale. S’ensuit un exposé où un simple tableau permet d’imager le fonctionnement, le disfonctionnement puis l’explosion d’un des réacteurs nucléaires. Une narration précise appuyée par de nombreux flash-backs permet de comprendre les vices de conception, les procédures de sécurité non respectées… La chaîne d’événements menant à la catastrophe est détaillée minute par minute, de façon abordable et rigoureuse. Enfin, quand il est demandé au professeur Legasov pourquoi les extrémités des barres de contrôle sont en graphite, pouvant mener à un emballement de la réaction, sa réponse fuse : « Parce que c’est moins cher ! ». Car, au delà de la simple vulgarisation, cette scène dénonce avec force les mensonges et la politisation de la science, qui finissent par coûter bien cher…

Guillaume Anadon

Image trouvée sur www.publicdomainpictures.net


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search