La première guerre universelle peut vous apprendre des choses

Affiche des Utopiales 2019

Les Utopiales, festival international de la science-fiction, reviennent ce Novembre à Nantes pour leur 20ème édition. Parmi les dizaines d’artistes et de scientifiques ayant répondu présent, Denis Bajram fait figure d’exemple avec sa bande dessinée Universal War One, où il construit une histoire au scénario complexe tout en abordant l’air de rien quelques arcanes de l’astrophysique.

Denis Bajram se définit avant tout comme un auteur complet, mais c’est dans le domaine de la science-fiction qu’il a le plus marqué les esprits. Son œuvre phare, la bande dessinée Universal War One, illustre parfaitement son univers, « à mi-chemin entre un pamphlet politique et Star Wars ».

L’histoire, axée tout autant sur les prouesses technologiques que sur la psychologie des personnages, met en avant les membres d’une escouade spéciale de l’armée spatiale, tous condamnés à la cour martiale. Hantés par leur passé et en quête de rédemption, ils sont confrontés à des choix de plus en plus cornéliens au fil de leurs aventures, qui commencent le jour où un « mur » aussi noir qu’impénétrable apparaît dans le ciel et en masque plus du tiers…

Suivant les pérégrinations de ces repris de justice en puissance, l’œuvre nous propulse dans un univers futuriste et inquiétant, où chaque mystère en cache un autre plus grand encore. Le scénario se déploie graduellement au fil des tomes, prenant une ampleur toujours plus importante avec chaque pièce de l’intrigue.

Science-fiction oblige, beaucoup de ce scénario repose sur l’utilisation d’outils technologiques pour l’instant cantonnés aux rêves des fans du genre : moteurs anti-gravité, armes laser et vaisseaux spatiaux sont mis à l’honneur tant dans les planches que dans l’histoire, le tout de manière plausible.

Couverture de Universal War One, tome 1 : la genèse

Une autre des grandes forces de cette bande dessinée tient en effet dans sa capacité à utiliser des théories existantes pour renforcer son réalisme. Les trous de ver (ou wormholes), par exemple, restent des objets purement théoriques à l’heure actuelle, mais dont la propriété de voyage spatio-temporel est très bien théorisée, et centrale dans Universal War One.

Denis Bajram s’emploie par ailleurs à insérer, dans des dialogues importants pour l’intrigue, des détails techniques et théoriques qui s’avèrent cruciaux pour l’histoire, mais également instructifs d’un point de vue scientifique. Sans être une œuvre de vulgarisation à proprement parler, cette hexalogie reste suffisamment proche de la réalité pour que son histoire soit réellement prenante.

Le tout est servi par une esthétique à mi-chemin entre Les Technopères et les Chromiques de la Lune Noire, où l’immensité de l’espace s’étend dans des planches intégrales pendant que les scènes en intérieur se réservent des pages au découpage plus classique. Une construction qui participe habilement au rythme de l’œuvre.

Entre psychologie, action et astrophysique, Universal War One propose un cocktail étonnant qui a su convaincre. Les éditions Marvel ont ainsi publié ce cycle aux États-Unis, et un projet de film est en cours de réalisation.

Guilhem Fuchs



Citer ce billet
guilhemfuchs (2020, 29 janvier). La première guerre universelle peut vous apprendre des choses. Le Grand public. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qt72

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search