L’EPR, un renouveau des arguments ?

Le tremblement de terre en Ardèche du 11 novembre 2019 a conduit à l’arrêt de la centrale de Cruas par sécurité. Une nouvelle génération de réacteurs nucléaires réalimente les débats existants depuis les années 1970 sur cette énergie. Sensé être plus sûrs et avec un meilleur rendement, les arguments utilisés ont-ils évolués ?

La construction de trois paires de réacteurs EPR. C’est l’enjeu de la publication d’un bilan que doit effectuer EDF sur demande du pouvoir exécutif français pour mi-2021. Du côté des opposants, c’est l’incompréhension. Depuis 2017, les associations contre le nucléaire militent contre « la cuve défectueuse de l’EPR » accusant les acteurs tels EDF, l’Etat français et la Commission européenne de faire pression sur l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire) pour qu’elle qualifie le seul réacteur EPR français apte au service. Situé à Flamanville, c’est le seul réacteur français de nouvelle génération, le seul recul sur cette technologie vient principalement des deux réacteur EPR récemment en service en Chine.

La communication pro-EPR a dû s’adapter aux arguments des anti-nucléaires. Un de leur arguments est celui de la dangerosité concernant à la fois les réacteurs mais aussi le transport des déchets radioactifs. La stratégie de communication vise à l’acceptation sociale du nucléaire. L’évaluation du risque a évolué depuis les accidents nucléaires graves. La communication place le nucléaire comme une énergie, certes potentiellement dangereuse, mais qui nous est indispensable. Un faible risque doit être couru et accepté pour garder notre confort quotidien.

A grand renfort de chiffres, d’interventions scientifiques et d’écologistes, les accidents majeurs comme Tchernobyl ou Fukushima sont utilisé comme preuve que les anciennes installations sont vétustes et plus dangereuses. Le but ? Rechercher des financements pour le développement de nouveau réacteurs moins polluants, moins gourmands en uranium et plus sûrs pour les équipes et la population. Ici, l’EPR apparait comme une opportunité intéressante pour limiter les dangers inhérents à cette énergie. La question de l’enfouissement des déchets et, par extension, de leur transport est éludés par les acteurs pronucléaires. Jean-Pierre Pervès, ancien Président du CEA et Président de la SFEN (Société française de l’énergie nucléaire), affirme que c’est une question trop complexe pour faire une enquête publique.

Malgré ces promesses alléchantes, le réacteur de Flamanville est le point noir qui fait émerger des problématiques financières non négligeable. Prévu en construction de 2007 à 2011 pour un coût de 3 milliards d’euros, sa mise en service n’est prévue que pour 2022 et le budget total a triplé. Le doute sur cette technologie s’est alors fait entendre du côté des opposants et cet échec est largement invoqué pour empêcher la construction de nouveaux réacteurs. Un rapport dédouane l’EPR de ces accusations en les attribuant à une mauvaise organisation humaine et citant les EPR chinois comme contre-exemple.

Dans un contexte d’urgence climatique, l’argument écologique est aussi toujours présent dans les discours et campagne de communication pro et antinucléaire. Lors de la visite présidentielle en Chine le 7 novembre 2019, il a été rappelé que la mise en service de ces deux réacteurs allait remplacer la consommation de 8 millions de tonnes de charbon par an, et éviter l’émission de 21 millions de tonnes de CO2. Sans nier cette efficacité, les associations antinucléaires soulignent construction de centrales n’est pas neutre écologiquement et que l’uranium est une ressource non renouvelable. Le nucléaire ne serait donc pas viable sur le long terme à l’inverse des énergies 100% renouvelables (solaire, éolien, hydraulique…). Pour s’en défendre, les pronucléaires démentent le fait que le renouvelable puisse répondre aux demandes énergétiques actuelles. Leur discours se construit sur les interventions de scientifiques et écologistes qui défendent cette énergie. Depuis les années 1975, le discours d’opposition au nucléaire sont stigmatisés pour les discréditer et les faire apparaitre comme des marginaux utilisant un déficit cognitif d’un public victime d’un idéalisme écologique.

Le traitement communicationnel des accidents de grandes ampleurs est évidemment différent. Les antinucléaires s’appuie sur les conséquences lourdes pour l’environnement, l’impact social, sur la santé et utilise ces évènements pour demander la sortie du nucléaire. Ils accusent le lobby nucléaire de faire preuve d’inconscience car, avec le réchauffement climatique, les catastrophes naturelles se feront plus nombreuses et pourraient endommager les centrales. Les pronucléaires mettent l’accent sur les efforts de décontamination des zones, les avancées faites en ce sens sur la sécurité (nouveaux équipements, procédures d’urgences, risques réduits…). D’après S.Topçu, historienne et sociologue des sciences, un processus de « normalisation des territoires contaminés » est aussi à l’œuvre. Il consiste en outre à éduquer les gens à vivre sur un territoire légèrement irradié afin de minimiser les coûts d’évacuation et permettre aux promoteurs du nucléaire d’invisibiliser les problèmes.

Chloé Ronjon

Image : Maarten Sepp / CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search