Hausse des pathologies respiratoires en France : préparez vos mouchoirs pour les fêtes !

 

Image Pixabay @Ralphs_Fotos

À l’approche des fêtes, les indicateurs des pathologies respiratoires sont en hausse en France. D’après Santé Publique France,  plus de 3 000 épisodes de cas groupés d’infections respiratoires aiguës, telles que la covid-19 ou la grippe sont survenus dans les établissements médico-sociaux depuis juin 2023. Parmi ces pathologies, une se démarque particulièrement par sa forte recrudescence en Chine : la pneumonie à mycoplasme. Est-ce un événement particulier ou une routine automnale ?

Pic épidémique et traitement de la bactérie Mycoplasma pneumoniae

La bactérie responsable de cette maladie est Mycoplasma pneumoniae. Découverte en 1944, elle est bien connue des scientifiques, d’après le SFM (Société Française de Microbiologie) elle fait partie de la famille des mycoplasmes. M. pneumoniae est transmis par voie respiratoire via de fines gouttelettes lors de contacts interhumains rapprochés. La période d’incubation est d’une à trois semaines. Sans qu’on ait encore de véritables explications, elle montre des pics épidémiques cycliques tous les 4 à 7 ans, dont les derniers épisodes ont eu lieu fin 2019- début 2020.

Cette hausse d’infections est particulièrement marquée chez les 6-15 ans qui présentent des symptômes tels que la toux, la fièvre, la fatigue et les difficultés respiratoires. D’après la SFM, pas d’inquiétudes, l’infection se soigne généralement très bien avec un antibiotique de la famille des macrolides comme l’azithromycine, la roxithromycine ou la clarithromycine. Chez les sujets les plus âgés, certaines formes graves peuvent se développer et nécessiter une hospitalisation d’urgence.

Origine du pathogène

Le mardi 21 novembre 2023, la Société Internationale des maladies infectieuses a lancé l’alerte, les hôpitaux du nord de la Chine accueillent des enfants présentant des symptômes de fièvre et des nodules pulmonaires. Cette information a réveillé de mauvais souvenirs datant de 4 ans en arrière lorsque le monde entier redoutait une nouvelle épidémie. Après une demande de l’OMS, Pékin a répondu jeudi 23 novembre « Les autorités chinoises ont indiqué qu’aucun pathogène nouveau ou inhabituel n’avait été détecté, pas plus que des signes cliniques inhabituels, y compris à Pékin et au Liaoning, mais qu’il s’agissait seulement d’une hausse générale du nombre de cas de maladies respiratoires dues à des pathogènes connus ». Il s’agissait bien de M. pneumoniae qui a touché la jeune population chinoise et s’est étendue jusqu’en Europe dont la France.

De nombreux pays ont connus un retour en force de nombreux pathogènes après la levée des restrictions liées au Covid-19. La Chine a maintenu la politique zéro Covid stricte le plus longtemps et a finalement abandonné la mesure des masques en décembre 2022. Li Tongzeng, cheffe du département des maladies infectieuses de l’hôpital You’an de Pékin a expliqué au média d’Etat Topnews express. « Ces trois dernières années, grâce à la prévention et au contrôle de l’épidémie [de Covid] , les infections respiratoires ont diminué, ce qui a entraîné la formation d’une “dette immunitaire”». En complément des poussées épidémiques cycliques du mycoplasme, cela donne une explication sur le développement de la maladie sur le continent asiatique et européen.

Du côté des autres pathologies respiratoires…

En ce qui concerne la grippe, la covid-19 et autre virus respiratoires syncytial, ils sont également en recrudescence. Santé Publique France a enregistré 700 consultations SOS Médecins et 2150 passages aux urgences pour infections pulmonaires sur la semaine 47. À noter que les moins de 2 ans sont particulièrement admis aux urgences pour bronchiolite : 91 % d’entre eux étaient âgés de moins de 1 an et 31 % ont été hospitalisés (Sud-Ouest). De façon annuelle à la période automnale et hivernale, les populations deviennent plus fragiles et sujettes aux différentes pathologies respiratoires. Il est donc normal d’observer une hausse des consultations chez les médecins de ville ainsi qu’aux urgences, surtout depuis l’abandon progressif des gestes barrières.

Les médecins recommandent tout de même de les maintenir particulièrement en cette période de fêtes de fin d’année, où les réunions de proches sont fréquentes. En clair, les virus et bactéries seront avec nous une année de plus, de quoi passer de joyeuses fêtes…



Citer ce billet
ornellaleliboux (2023, 18 décembre). Hausse des pathologies respiratoires en France : préparez vos mouchoirs pour les fêtes ! Le Grand public. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vesz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search