La COP28 ou la fête de la décadence : joyeuse fin de la Terre !

La 28e édition de la Conférence des Parties, plus connue sous le nom de COP28, a lieu cette année du 30 novembre au 12 décembre 2023 à Dubaï aux Émirats arabes unis. Sont réuni·es à cette occasion des acteur·rices politiques, industriel·les, associatif·ves et autres convaincu·es de la cause environnementale… Mais entre résultats inexistants des COP précédentes et aberrations écologiques de cette édition, le résultat s’annonce prometteur d’inaction… Un comble à l’approche des fêtes de fin d’année qui amènent aux particuliers leur lot d’injonction à la sobriété.

QuèsaCOP ?

La COP, ou Conférence des Parties, est une réunion au sommet : celle des États et des organisations internationales signataires d’une convention. Bien qu’aujourd’hui le terme soit presque automatiquement associé à l’environnement, il y a d’innombrables COP. Concernant l’écologie, il existe à ce jour trois éditions dont la plus connue porte sur les changements climatiques. Celle-ci se veut le théâtre de décisions mondiales sur les sujets écologiques et climatiques et se réunit chaque année depuis sa première édition à Berlin en 1995. Dès la COP1, l’objectif principal était la réduction de l’émission gaz à effet de serre pour chaque État signataire dans le but de contrer le réchauffement climatique… Une recette simple et pourtant inefficace : en 30 ans, c’est une augmentation de 150% des émissions de CO2 par an, soit près de 60 gigatonnes pour l’année 2019 selon le GIEC.

Une COP28 COPlétement aberrante

@Les dessins de Sanaga

Force est de constater que les erreurs d’hier ne constituent pas les apprentissages de demain… La 28e édition de la COP pour le climat se déroule ce début décembre 2023 à Dubaï, le 5e plus gros émetteur mondial de CO2. Pour couronner le tout, la présidence est assurée par le PDG d’une compagnie pétrolière qui a prévu en amont d’utiliser cet événement écologique pour négocier des contrats pétroliers, selon une enquête de la BBC. Enfin, la cerise sur le gâteau : comme toujours les patrons de TotalEnergies, LVMH et d’autres grandes entreprises polluantes seront également présents… Tous les indicateurs sont réunis : on dirait une blague. C’est donc sans surprise que Sultan Al Jaber, président de la COP28, a déclaré qu’aucune preuve scientifique n’appuyait un scénario de sortie des énergies fossiles… Un mélange d’intérêts personnels et de climatoscepticisme des plus délectables à l’aube de 2024.

COP de gueule contre les super-pollueurs

Alors qu’à l’approche des fêtes de fin d’année pour les particuliers l’accent est mis sur la sobriété, il est légitime de se questionner sur l’utilité des COP sur le climat. En effet, lorsque les ultrariches sont présents à la COP28, alors qu’1% des plus riches émettent plus de CO2 que deux tiers des plus pauvres d’après un rapportd’OXFAM, il y a de quoi voir rouge. Selon un second rapport, on apprend que les 125 milliardaires les plus aisés investissent 14% de leur capital dans des entreprises polluantes… entraînant des émissions de CO2 annuelles équivalentes à celles de la France !

De plus, à l’instar des producteurs de tabac, qui ne sont pas conviés aux conférences sur le cancer du poumon, il semblerait logique que les super-pollueurs ne soient pas invités à réfléchir aux défis climatiques… C’est cependant 2456 lobbyistes des énergies fossiles qui sont présents à Dubaï, soit quatre fois plus qu’à la COP27, selon une étude de la coalition internationale Kick Big Polluters Out.

Quand les citoyens sont contraints à agir individuellement et dans un monde sujet à une crise climatique de plus en plus pressante, il est impératif d’agir et non plus de proposer des espaces de réflexions, comme la COP, creuse et sans conséquences, pour freiner le réchauffement climatique et sauver le vivant. Et contrairement à ce que les ultrariches et leurs défenseurs aiment laisser penser, cette action doit être collective… mais surtout institutionnelle et coordonnée à l’internationale !

Et en attendant que les politiques prennent des décisions en faveur de l’environnement, joyeuse fin de la Terre… Et joyeuses fêtes de fin d’année !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sarah Journée (18 décembre 2023). La COP28 ou la fête de la décadence : joyeuse fin de la Terre ! Le Grand public. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vesx


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search