Voyage au centre de la carte de vœux

Elles sont plus de 21 millions à circuler en France chaque année au moment des fêtes, arborent des formes, des couleurs et des textes aussi diverses qu’imaginables. Les cartes de vœux se présentent comme pratique courante et traditionnelle. Coutume, elles offrent un espace écrit dans lequel on s’adresse, on souhaite et on partage. 180 ans après leur création, demeurent-elles toujours aussi pertinentes aujourd’hui ?

Carte vierge ©lcd2020

Carte vierge ©lcd2020

Préparation : choisir l’objet

Nous sommes la veille d’un jour de fête, vous êtes débordé·e par le travail et n’avez pas eu le temps d’acheter de cadeau pour votre ami·e. Comme l’année dernière, vous optez pour la carte de vœux : rapide et efficace, vous aurez au moins de quoi montrer votre affection. Cet objet faisant partie de notre quotidien, il s’invisibilise et se fond dans le décor. En voyant une « carte de vœux », vous savez à quoi vous attendre au moment de la lecture (Vassor, 2019).

La carte se présente comme un objet ordinaire sur lequel on formule des intentions, on griffonne, dessine (Bert, 2019). Longtemps ignorés et considérés quelconques, ces écrits auxquels on ne s’intéresse pas s’inscrivent progressivement dans les intérêts de la sémiologie. L’ordinaire est interrogé, grâce aux chercheur·euses et amateur·ices : il est capable de nous en apprendre beaucoup sur nous et nos modes de pensée.

Les entrailles : écrire sa carte

Vous êtes face à cette carte rouge vif, avec des dessins de bonhommes de neige un peu kitsch sur la page de garde qui vont font rire, le stylo en main. Que pourriez-vous bien écrire dessus pour faire plaisir à votre ami·e ?

La carte de vœux se présente comme un espace écrit (Jeanneret, Souchier, 2000). En ce sens, elle met en lumière des informations à travers leur caractère iconique et pictural. C’est en combinant un ensemble de signes, d’espaces et de vides que se manifestent les sentiments véhiculés. C’est objet que l’on acquière, investit et échange. Des formules de politesse formelles, « du moment que la santé est là ! », à des marques plus originales : l’espace offre une liberté ubiquitaire, à mesure de la place sentimentale qui lui est accordée. Un enjeu se joue également ici dans sa démarcation. L’objet est évident par sa forme, l’intention qu’on lui prête au moment de la lecture fait précéder en nous une attente (De Mirabel, 1998).

Les traces : envoi et devenir 

Vous sélectionnez une jolie enveloppe à la couleur qui s’accorde avec le dessin de votre carte, un petit spray de parfum pour la surprise et vous l’emballez. Il est maintenant temps de l’offrir. Que deviendra-t-elle, l’euphorie de la fête passée ? N’est-elle bonne qu’à décorer le grenier ?

Le curseur peut être placé du côté de la réception. Un aspect sentimental et affectif n’est pas à négliger derrière cette intention ordinaire. Des communautés d’amateur·ices se fondent autour de l’objet carte, des blogs rassemblent des esprits pour qui la pratique se présente comme intrinsèque et essentielle. Des modes de sociabilité sont mis en évidence et font état, plaçant la carte au cœur, de pratiques matérielles et émotionnelles : des collections, des albums familiaux ou encore des boîtes à souvenir. Ces pratiques s’inscrivent tant elles se renouvellent, et refondent ainsi la pertinence même de l’objet carte.

 

La carte de vœux se présente comme un objet pour qui la pertinence se fonde sur une trame qui dépasse la matérialité ordinaire. Entre réception personnelle et investissement collectif, elle cristallise des réflexions du quotidien au cœur desquelles se croisent pratiques courantes, traditions et modernités.

 

Références



Citer ce billet
Julien Czarnecki (2023, 18 décembre). Voyage au centre de la carte de vœux. Le Grand public. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vesv

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search