Préventions et traitements du VIH : on en est où ?

Le virus de l’immunodéficience humaine, tristement connu sous le nom de VIH, constitue encore aujourd’hui l’objet d’une pandémie. En 2022, on dénombrait 39 millions de personnes vivant avec le virus, et 630 000 décès de maladies liées au sida. Mais l’horizon s’éclaircit, la recherche progresse, et les 40 ans de la découverte du VIH sont l’occasion de  faire un état de l’art des moyens de préventions et des traitements contre ce virus.

© Charley Gay

Le VIH, c’est quoi ?

Le VIH est un rétrovirus, nous dit le médecin généraliste Paul Lépine : il est capable de changer une partie de notre ADN. De plus, c’est le virus de l’immunodéficience, il s’attaque aux moyens de défense du corps humain, les globules blancs. Ces cellules nous protègent des maladies et des infections. Le médecin explique qu’après une contamination par le VIH, le virus reste des années sans provoquer aucun symptôme (excepté durant quelques semaines suivant l’infection). Il se reproduit en silence et diminue la quantité de globules blancs, jusqu’à les faire presque disparaître. Sans défense, même les maladies les plus bénignes deviennent des menaces mortelles…

 

Mieux vaut prévenir que guérir

Même si, de nos jours, il est possible de vivre sans les affres du VIH, le meilleur moyen pour ne pas souffrir de ce virus, c’est de ne pas l’attraper. L’Organisation Mondiale de la Santé explique que le virus est surtout présent dans le sang, la cyprine, le sperme, et le lait maternel, et qu’il est primordial de prendre ses précautions lors des rapports sexuels (rapports oraux et anaux compris) en utilisant des préservatifs. Aussi, une mauvaise hygiène du matériel médical ou de tatouage contribue à la transmission du virus. L’OMS précise qu’en adoptant ces réflexes, chacun·e peut agir pour limiter la propagation du VIH.

 

Les médicaments qui nous protègent

La Prep se traduit par « prophylaxie pré-exposition », soit, un processus qui prévient la propagation d’une maladie avant d’y être exposé. Elle est présentée par Agnès Libois, cheffe de clinique, comme un médicament qui élimine le VIH dès son entrée dans l’organisme. А̀ l’instar de la pilule contraceptive, la Prep repose sur une prise quotidienne rigoureuse de médicaments, même si aucun rapport sexuel n’est prévu. Cependant des oublis, ou des mauvaises surprises, peuvent arriver. Heureusement, il existe un traitement post-exposition (TPE). Ce dernier doit être pris au maximum 48h après l’exposition au virus du sida, et ensuite chaque jour pendant 4 semaines. Malheureusement, la Prep et le TPE peuvent être accompagnés d’effets secondaires, parfois lourds, comme des nausées, vomissements, diarrhée, réactions cutanées, fièvre…

 

Vivre en étant séropositif

Si pendant des années les personnes séropositives étaient acculées par leur médication, aujourd’hui elles peuvent vivre normalement. D’après l’institut Pasteur, leur espérance de vie est similaire à celle d’une personne séronégative. Aujourd’hui aucun traitement ne permet de guérir du VIH et de le faire complètement disparaître. Mais ils sont loin d’être inutiles : leur but est le même, empêcher le VIH d’agir et de se reproduire. Margot Savoy, docteure en médecine, explique que chaque traitement a un fonctionnement différent : « L’un empêche le virus de pénétrer les cellules cibles et de les contaminer. Un autre entrave sa reproduction, et un troisième rend les virus nouvellement formés défectueux. Enfin, le dernier enraye l’intégration de l’ADN du virus dans l’ADN humain. » Le VIH est capable d’évoluer très rapidement à cause de sa capacité de reproduction. Ainsi, afin d’être le plus efficace possible, ces traitements sont souvent combinés.

En février 2023, l’Institut de Recherche Vaccinale français annonçait un vaccin candidat prometteur en phase de test. Cet exemple montre qu’un espoir de vaincre le VIH existe, et qu’il approche à grand pas.



Citer ce billet
Charley Gay (2023, 27 novembre). Préventions et traitements du VIH : on en est où ? Le Grand public. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtbc

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search