Le temps fort du Jardin des Sciences : 13 rendez-vous, 1 mois, pour les 40 ans de VIH

L’Université de Strasbourg propose du 2 au 30 novembre 2023 un programme aux formats variés pour commémorer les 4 décennies depuis la découverte du virus du VIH. Une occasion de parler des débuts de l’histoire de la maladie et des recherches , des moments historiques clés, mais aussi de se rappeler que cette pandémie n’a aujourd’hui pas encore de fin.

Des évènements attendus et soutenus

Le début de l’année 2023 sonne la cloche du 40e anniversaire de la découverte du virus de l’immunodéficience humaine à l’origine du sida. Une occasion pour les institutions qui ont œuvré de rassembler et en parler, comme l’a fait l’Institut Pasteur lors d’une soirée organisée au Ground Control à Paris le 1er juin dernier.

Le chiffre-clé des 40 ans est largement visible dans la ville de Strasbourg en cette fin d’année. Le Jardin des Sciences, acteur emblématique de la culture scientifique en Alsace, et le service universitaire de l’action culturelle de l’Université ont travaillé main dans la main pour offrir au public un programme d’évènements aussi riche par son contenu que par ses formes de diffusion et ses lieux de rassemblement. Intitulé Visibiliser l’invisible pour ne plus taire l’indicible, ce temps fort aborde l’épidémie du sida en 13 dates réparties en 4 volets : « Comprendre »,  « Témoigner », « Mettre en mots et en image », « Agir ». Cette initiative est soutenu par Sidaction et s’associe à l’exposition en cours du Musée d’Art moderne et contemporain de la ville Aux temps du sida : œuvres, récits et entrelacs. Tous gratuits, ces évènements se déroulent dans divers lieux de la ville dont les salles les plus intimistes des médiathèques, les renommés amphithéâtres de l’Université ou encore les salles de représentations culturelles, comme la Pokop.

Chacun·e son début de l’histoire

La temporalité et la relativité sont omniprésentes dans ce temps fort, tant il y a eu de bouleversements au cours de ces 40 ans. La soirée d’ouverture du programme donne le ton. Elle s’est déroulée dans le prestigieux antre du Jardin des Sciences, le Planétarium, montrant l’ampleur de la thématique. La rencontre d’un virologue, d’un infectiologue et d’un sociologue autour de la question « Guérirons-nous un jour du VIH ? » projette directement lae spectateur·ice dans le futur et dans ce qu’iel découvrira dans le reste du programme. La réunion symbolique de ces domaines de recherche permet de n’omettre aucun des aspects de la maladie. La suite du programme ne suit pas l’ordre chronologique de l’histoire de l’épidémie, au contraire, dans chacun des 3 premiers volets il y a des allers-retours sur des moments clés : le pic de l’épidémie en France (1993-1995), l’apogée de la mobilisation associative (1994), l’arrivée des trithérapies (1996) jusqu’à la recherche d’aujourd’hui. La contextualisation perpétuelle des récits a son importance puisque ceux et celles qui prennent la parole n’ont pas tous·tes vécu le même début par rapport à la maladie.

© Margaux Mercier

Le professeur Willy Rozenbaum, co-découvreur du virus en 1983, donne des réponses à la question « Comment ça a commencé? » au cours de la conférence du 9 novembre. Deux semaines seulement après avoir cessé son activité de chercheur à l’âge de 78 ans, il raconte avec humilité les premiers patients qu’il a pu diagnostiquer, les choix politiques auxquels il s’est confronté, les révolutions thérapeutiques qui ont bouleversé son métier et sa vie.

Mais il y a d’autres « débuts » mis en lumière au cours de ce programme, le début d’une autre vie qui commence après l’annonce d’un résultat positif au VIH. Ces « petits témoins », en opposition à la conférence Grand Témoin du professeur, donnent de leur voix et partagent leurs expériences, rythmées par les mêmes bouleversements historiques, mais vécus différemment.

Voir et écouter pour que les paroles résonnent 

Ces poignants témoignages, on les retrouve dans les deux œuvres cinématographiques de Bertrand de Solliers au milieu du programme, le 16 et 17 novembre, le second s’intitulant Une histoire qui n’a pas de fin. Encore une fois, le futur incertain et le chemin qui reste à parcourir pour éliminer le virus retentissent tout au long du programme. La volonté est de célébrer, certes, les avancées scientifiques et toutes les luttes, mais en rappelant que l’histoire n’est pas terminée.

Le point fort de ce programme est la diversité et l’originalité des formats proposés. Le regard en avant, le spectateur assiste à des conférences et des projections-débats. À travers le son, grâce à des émissions radio public et une soirée d’écoute de créations sonores, sa sensibilité est éveillée d’une autre façon.

À la fin du programme, sera diffusé sur grand écran le film aux trois Césars Juste la fin du monde de Xavier Dolan. Cette séance au cinéma Vox sera suivie d’une rencontre avec l’association AIDES, clôturant le débat mais non pas la mobilisation.



Citer ce billet
Margaux Mercier (2023, 27 novembre). Le temps fort du Jardin des Sciences : 13 rendez-vous, 1 mois, pour les 40 ans de VIH. Le Grand public. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtbb

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search