Depuis quand les laboratoires font-ils la razzia sur les rats ?

Souris blanches, hamsters, lapins, selon le magazine Natura-Sciences, 75 % des animaux utilisés en laboratoire en Europe seraient des rongeurs. Faciles à entretenir et rapides à reproduire, cela en fait des individus de choix pour les expériences sur le vivant. Parmi ces cobayes, un rongeur bien spécifique a réussi à se faire une place : le rat, deuxième animal de laboratoire après la souris blanche. Mais comment le rat, pourtant considéré comme porteur de maladies, s’est-il retrouvé sur les paillasses et les bancs d’essai des laboratoires modernes ?

“La prochaine fois que quelqu’un nous offre une bourse de recherche, laisse-moi lire les petits caractères.”

Avant tout, il faut savoir que les rats utilisés en laboratoire sont des rats bruns et ne font donc pas partie de la même espèce que le rat noir, considéré comme le grand propagateur de la peste noire au XIVe siècle.

On retrouve peu d’informations sur l’origine du rat de laboratoire. Difficile de déterminer qui a importé en premier cet animal dans les salles blanches. Cependant, c’est surtout au début du XXe siècle, avec les débuts des études sur la génétique, que l’utilisation expérimentale du rat et notamment de la souris se fait de plus en plus courante dans les laboratoires. Et pour cause, en plus de leur forte prolificité, ces animaux sont très dociles, ne prennent pas énormément de place et ont surtout un génome proche de celui des humains avec 90 % de gènes communs, d’après l’Académie Vétérinaire de France. Les rats et les humains ont également une forte sensibilité à certaines maladies telles que le cancer ou le diabète, permettant ainsi d’expérimenter différents traitements. Toutes ces raisons ont donc fait du rat l’animal de prédilection des laborantins, et ce, encore aujourd’hui. Il y a quelques semaines, un chercheur de l’Université de Stanford a implanté des cellules humaines dans des cerveaux de rats avec pour objectif d’identifier les mécanismes responsables du développement de maladies psychiatriques. L’usage de ces animaux pose encore des questions éthiques. Cependant, les rats de laboratoire ont permis de grandes avancées sur le traitement du cancer et sur notre compréhension de la génétique et de l’anatomie.



Citer ce billet
samihammad (2022, 6 décembre). Depuis quand les laboratoires font-ils la razzia sur les rats ? Le Grand public. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtb1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search