Dératisation biologique : « On n’y va pas la fleur au fusil ! »

Sylvain Biedermann est dératiseur auprès de la société Antinuisibles Bio, basée à Kembs dans le Haut-Rhin. Depuis cinq ans, il propose à ses clients des solutions de dératisation écologique.

                                         © Clicsouris

Quand on parle de dératisation, on pense immédiatement à l’utilisation de biocides.

Quels sont les raisons qui vous ont poussé à vous tourner vers des solutions alternatives à la dératisation « classique » ?

Le positionnement sur le marché est un facteur important : on est les seuls à faire du bio dans le secteur. Mais l’enjeu principal concerne les dommages collatéraux des substances biocides. Ce sont des substances anticoagulantes qui ne tuent pas directement le rongeur. Le produit agit dans son organisme, il reste une proie, en particulier pour les rapaces. Avec plusieurs prises par jour, les substances s’accumulent et finissent par tuer les oiseaux. La Ligue de protection des oiseaux a tiré la sonnette d’alarme. Les solutions alternatives sont devenues primordiales, mais elles prennent plus de temps et sont difficiles à mettre en place.

Quelles sont ces méthodes ?

En ce qui concerne les rongeurs, on a principalement recours à des pièges multi-captures. On attire l’animal dans une cage, une trappe s’ouvre et le rat tombe dans un liquide dans lequel il se noie. En plus des enjeux écologiques, le temps d’agonie est plus court : c’est moins douloureux pour l’animal. On a aussi recours à des moyens mécaniques : on obstrue les lieux de passage de l’animal avec du béton ou du grillage. Ça demande de connaître le rongeur, son mode de vie.

Comment acquiert-on ce genre de savoir-faire ?

Il y a une part de culture orale importante ; mais même s’il y a une partie d’apprentissage sur le tas, on a quand même pas mal de formations par nos fournisseurs. Il y a aussi beaucoup de recherches personnelles. Dans la même idée, depuis quelques années, on a souvent affaire à des frelons asiatiques. Il faut passer par la case formation. On n’y va pas la fleur au fusil.

« Pour ce genre de prestations, ce que le client paie, c’est la connaissance. »

Est-ce qu’il existe des méthodes préventives pour éviter l’intervention ?

Pour les professionnels, principalement. On a des contrats d’hygiène avec l’hôtellerie-restauration. Notre rôle consiste à conseiller nos clients sur les points sensibles, pour éviter l’intervention, et surtout éviter le recours aux biocides. Même s’il nous arrive d’en utiliser, on essaie d’en limiter l’usage au maximum. Pour ce genre de prestations, ce que le client paie, c’est la connaissance. Le but, c’est de bien faire notre travail. D’autant plus que le curatif coûte beaucoup plus cher.

Avez-vous recours à des méthodes de prélèvement ?

On a rarement affaire à l’animal directement. Ce qui peut arriver, mais c’est rare, c’est qu’on prélève des échantillons comme des déjections à envoyer au laboratoire pour nous donner des indications sur le rongeur qu’on cherche à éliminer. Avec l’expérience, on a appris à différencier un rat noir et un rat brun en fonction de la forme des déjections, de l’habitat…

Depuis le Covid, on entend de plus en plus souvent parler de la prolifération de rats en ville. Comment l’expliquez-vous ?

Les rats étaient là avant nous, ils seront là après nous. La prolifération apparente provient du fait que les villes sont de plus en plus propres. Les poubelles sont moins accessibles, les rongeurs se rapprochent de l’Homme. Leur cycle de reproduction étant de plusieurs générations par an, la croissance de leur population est exponentielle. Depuis que l’appâtage permanent est interdit, on en tue moins (en 2020, ndlr). Avec la Covid, avec les restaurants fermés, moins de monde, moins de bruit dans la rue, les rats sortent plus.



Citer ce billet
Nathan Kraemer (2022, 6 décembre). Dératisation biologique : « On n’y va pas la fleur au fusil ! ». Le Grand public. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtb0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search