Vivre avec des rats de compagnie

Par Margaux Floury et Zoé Vessière

Les NAC, ça vous parle ? Acronyme de Nouveaux Animaux de Compagnie, cette mode ne cesse de prendre de l’ampleur. Les rats sont les premiers concernés ! Autrefois, le chien gardait la maison et le chat supprimait les rongeurs, aujourd’hui ces derniers sont des membres de nos familles. Mais avoir un animal qui sort des sentiers battus, ça se mérite.

Allez Margaux ! On y va !” s’exclame Zoé, ma partenaire journaliste, impatiente de rencontrer Anne Le Gac, vétérinaire en charge du service NAC d’Agoravet, au centre de Schiltigheim. Après une longue marche, nous ouvrons enfin les portes du bâtiment fraîchement rénové : le calme règne.

L’accueil d’Agoravet Clinique vétérinaire référé
© Margaux Floury

L’institut impose d’ores et déjà son style épuré, mais chic. Ensuite, la scène, on la connaît par cœur : la secrétaire nous redirige vers les salles d’attente, une pour les chiens, une pour les chats, et une pour les NAC. Une jeune femme brune, souriante, et vêtue d’une blouse bleue nous accueille. Après avoir traversé les couloirs de l’enceinte, nous arrivons jusqu’à une salle spacieuse avant de nous asseoir autour d’une grande table. Une équipe d’internes se joint à nous. Ils sont tous là pour démasquer le portrait du rat de compagnie.

« Je fais un petit peu des trucs bizarres » informe la docteure Le Gac avant de commencer

Elle s’occupe de petits mammifères comme le lapin, le cobaye, la souris, le rat, mais aussi les reptiles et les oiseaux. « Je vois pas mal de rats. Je pense qu’il y a eu une évolution de la société, qui fait qu’avant les rats c’était des nuisibles et maintenant, ça peut être des compagnons adorables et très mignons », débute-t-elle. Le rat domestique est un animal doux, affectueux, joueur et très intelligent. Toutefois, avoir un rat tout seul, « Ce n’est pas top ! Les rats sont des animaux grégaires, ils vivent en groupe. Les groupes de femelles, souvent, ça se passe plutôt bien, mais il peut y avoir des groupes de mâles où parfois il y a une domination de l’un par rapport à l’autre ». C’est là que la docteure Le Gac intervient, en pratiquant une castration ou une stérilisation pour réguler les relations des rongeurs. « Le rat se reproduit très bien donc souvent les gens ont plutôt des groupes unisexes en captivité à la maison », souligne-t-elle. Elle nous confie aussi : « Il faut savoir que le rat, c’est un animal super attachant, très intelligent. Il y a des interactions avec le propriétaire qui sont énormes. Ils font des choses assez folles. Par contre, ils ont une durée de vie très limitée ». Les rats ne vivent pas plus de trois ans. Marilyne le sait bien et pourtant, propriétaire de six rats et cliente de la clinique, son amour pour ces animaux ne se dément pas, bien au contraire ! « Ce n’est pas de l’attachement que je ressens pour eux, mais de l’amour, et le mot n’est pas trop fort à mon sens », écrit-elle.

Ces interactions sont d’autant plus fortes qu’elles sont courtes : « Globalement, chez les rats, on a un complexe respiratoire où il va avoir des problèmes liés aux bactéries et aux virus » précise la docteure, « et après, il y a tout ce qui est facteur environnemental ». Dioclétien, un des rats de Marilyne, a malheureusement succombé à son obésité. Il présentait des signes d’affection respiratoire qui n’ont cessé de s’aggraver et lui ont valu de nombreux aller-retour à la clinique avant la fin. Elle raconte « Ce jour-là, j’ai passé 12 heures assise au sol sans quitter la pièce, sans boire ni manger, avec mon rat sur les genoux pour l’accompagner jusqu’à son dernier souffle. Dioclétien a passé tout ce temps blotti contre moi. »

La prévention des problèmes respiratoires est, avec les tumeurs, la principale cause de consultation chez les rats. Leur cage doit être placée dans un endroit calme et propre à l’abri des courants d’air, des fumées de cigarette ou encore des effluves de déodorant. « La litière doit être nettoyée régulièrement parce que les urines de rat sentent fort, elles développent de l’ammoniac dangereux pour les voies respiratoires. Nous on le sent, mais il faut imaginer qu’eux : ils ont le nez dedans ! ». Mieux vaut prévenir donc, plus l’environnement est sain et plus l’animal sera préservé des infections. ​​Intelligent, attachant, plein de vie et très joueur, le rat est victime de ce qu’il représente, mais se révèle pourtant être un compagnon de route irremplaçable. Alors, toujours aussi effrayé ?



Citer ce billet
margauxfloury (2022, 6 décembre). Vivre avec des rats de compagnie. Le Grand public. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtaz

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search