Qualité de l’air : danger pour les Strasbourgeois ?

« Pollution, 48 000 morts/an » : un message en boucle sur nos autoroutes depuis quelques années. En effet, la qualité de notre air a un réel impact sur notre santé. Cette pollution fragilise-t-elle les poumons des Strasbourgeois ? Retour sur l’évolution de l’air dans la ville de Strasbourg dans le cadre de la Journée nationale de la qualité de l’air qui s’est déroulée le 14 octobre 2022.

En 2021, une étude réalisée par des chercheurs de Santé Publique France révèle que les grandes villes comme Paris, Lille et Strasbourg sont plus marquées par la présence de particules fines que le reste du pays. Ces petites molécules rejetées par nos véhicules s’immiscent partout, en particulier dans les 15 000 litres d’air que nous respirons au quotidien. Celui-ci, majoritairement composé de diazote et de dioxygène, contient également des particules fines nocives. Elles possèdent un diamètre inférieur à 2,5 et 10 micromètres (μm) appelées respectivement PM2.5 et PM10 (PM signifiant Particulate Matter, des particules ultrafines présentes dans l’air). À titre de comparaison, le diamètre moyen d’un cheveu mesure entre 50 et 70 μm. L’air ambiant est aussi pollué par des molécules telles que le NO2 (dioxyde d’azote). De plus, comme le montre l’Atmo, l’organisme de surveillance de la qualité de l’air, l’Eurométropole impacte même les villes les plus isolées du Bas-Rhin.

L’A35 toujours aussi polluée malgré le GCO

Selon l’Atmo, depuis le lancement du Grand Contournement Ouest (GCO) à la mi-décembre 2021, la concentration en NO2 n’a significativement pas diminué au niveau de la M35 (anciennement A35), restant proche des 40 microgrammes par mètre cube (μg/m3).  En 2017, la concentration en NO2 était déjà similaire à cette valeur. Cette portion de l’agglomération, désormais plus fluide, reste toujours autant polluante. Pourquoi une telle pollution dans la capitale alsacienne ? La position géographique de la ville y est pour quelque chose. Située à proximité du Parc Naturel du Ballon des Vosges, les molécules s’y dissipent moins facilement que sur un territoire plat. De plus, la ville se situe à un carrefour européen où des milliers de véhicules venus de différents pays circulent chaque jour. Pour y faire face, la municipalité avait mis en place le projet GCO, qui a aussi pour objectif de délocaliser les émissions de dioxyde d’azote loin du centre-ville.

Une amélioration de la qualité depuis 2017

Pourtant, comme l’indique Cyril Pallares, directeur opérationnel de Atmo Grand Est, la qualité de l’air dans Strasbourg s’améliore ces dernières années. Il en est de même pour le Bas-Rhin entre 2017 et 2020. Cette situation s’explique certainement par les restrictions sanitaires et l’émergence du télétravail. Les particules toxiques restent néanmoins très présentes au niveau des axes routiers. En 2020, dans le centre-ville, on comptait entre 24 et 32 μg/m³ de dioxyde d’azote. Il reste pourtant des incertitudes quant aux effets du GCO en 2022, ces données n’étant pas encore connues. En effet, sachant que la station de mesure de l’Atmo se situe au bord de la M35 et que ces relevés ne diminuent pas, il est difficile d’estimer la qualité de l’air à côté de la cathédrale. Cependant, à partir de quel seuil ce chiffre devient-il problématique pour notre santé ?

Toujours d’après l’étude de Santé Publique France, 40 000 personnes décèdent chaque année à cause de l’exposition au PM2.5. S’ajoute à ce nombre 7 000 décès imputables à l’exposition au dioxyde d’azote. L’inhalation de ces particules favorise les problèmes respiratoires comme l’asthme et les maladies cardio-vasculaires. L’OMS estime que la moyenne annuelle de concentration de NO2 ne doit pas dépasser 40 μg/m³ si l’on veut espérer réduire les effets nocifs de ces particules.

En 2022, dans le cœur de la ville, la concentration en dioxyde d’azote mesurée a été jugée « convenable », la moyenne annuelle étant deux fois inférieure à la valeur limite. Toutefois, à proximité du périphérique strasbourgeois, la concentration reste proche de 40 μg/m³. Ce qui devient dangereux à long terme pour les habitants de ces secteurs.



Citer ce billet
tanguyloison (2022, 14 novembre). Qualité de l’air : danger pour les Strasbourgeois ? Le Grand public. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtav

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search