Usagers de drogue : soigner ou stigmatiser ?

Le 5 octobre dernier, les forces de l’ordre évacuaient le square de Forceval dans le nord-est parisien, connu pour être l’abri de consommateurs de crack de la région. Alors que les éléments de langage stigmatisants affluent dans les médias, il est nécessaire de souligner une réalité sociale plus complexe qu’il n’y paraît.

Le matin de la fermeture du camp, la presse de référence était unanime : la police a délogé 211 « toxicomanes » du square de la Villette, accros à la « drogue du pauvre, appelée ainsi à cause de son faible coût ». Selon les travaux de l’Observatoire Français des Drogues et des Tendances addictives, le stéréotype du « cracker désocialisé » n’est plus d’actualité. Le profil des usagers ne diffère plus aujourd’hui de celui des usagers d’autres substances. Pour la sociologue Marie Jauffret-Roustide, il est temps de revoir nos représentations extrêmes de la consommation de stupéfiants, dominées par l’image du jeune cadre cocaïnomane ou du SDF accro au crack.

Certes, l’addiction conserve des impacts significatifs sur la socialisation des individus. Selon Santé Publique France, près de 80% des usagers réguliers de drogue sont sans emploi ; mais il s’agit là d’enquêtes réalisées auprès de structures accueillant un public marginalisé et déjà soumis à la précarité. Ces travaux permettent uniquement de décrire la désocialisation comme conséquence et non comme cause de l’addiction. Si la dépendance peut être favorisée par des trajectoires de vie difficiles, il est nécessaire de sortir des clichés et de traiter les addicts comme des malades et non comme des délinquants.

Capture d’écran d’un Tweet de Gérald Darmanin, Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, le jour de l’évacuation du square de Forceval.

Sur les 211 personnes interpellées à Forceval, plus de cinquante ont été exclues du territoire français. Une quarantaine d’autres a été livrée à la justice. Pourtant, ceux-ci méritent une prise en charge médicale avant que l’on ne questionne leur responsabilité pénale. Au lendemain du démantèlement du camp de Forceval, la Fédération Addiction propose un plan pour la disparition des scènes ouvertes de consommation de drogues. Celui-ci repose sur une meilleure prise en charge des malades, la mise en place d’espaces de consommation sécurisée, et un accompagnement à la réintégration sociale des anciens addicts. Des suggestions que les pouvoirs publics auraient tout intérêt à prendre en considération.



Citer ce billet
Nathan Kraemer (2022, 14 novembre). Usagers de drogue : soigner ou stigmatiser ? Le Grand public. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtas

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search