Les produits locaux ont-ils encore une place dans l’assiette des Strasbourgeois ?

La crise du Covid a-t-elle eu un impact sur les comportements alimentaires des Strasbourgeois ? Si la situation sanitaire a entraîné des changements d’habitudes alimentaires notamment pendant le premier confinement, cela n’aura pas duré bien longtemps. Un retour au local est-il réellement viable ?

Marché de l’Esplanade à Strasbourg
(© S. Hammad)

Esplanade, 7h du matin : nous pensions retrouver une place bien remplie des odeurs de munster, de poissons frais et la criée de bon matin. En réalité, seul le froid était au rendez-vous. Bien loin d’un marché vivant et coloré, il n’y a qu’un seul stand, celui d’Alain. Installé au pied des tours, il s’active : ses fruits et légumes doivent être présentables pour accueillir les premiers clients de la journée. Justement, voilà Jacqueline, panier à la main, « toujours ponctuelle » selon le producteur. Sur ce marché initié par la mairie pour répondre aux besoins des habitants du quartier, la retraitée vient deux fois par semaine depuis 1988. Quand on lui demande pourquoi elle n’achète pas ses courses au supermarché comme ses voisins, elle répond qu’elle a plus confiance en l’agriculteur. Un commentaire qui réjouit Alain, mais qui n’aura pas suffi à garder le marché vivant.

À la sortie du confinement, les marchés étaient pourtant « bondés », tout le monde semblant adhérer au local. Avenant et bavard, Alain nous explique comment le marché s’est réduit petit à petit à son seul étalage : « au début il y avait une dizaine de stands, un peu de monde, mais les gens se sont mis à moins venir et les commerçants ont fini par déserter le marché ». Une quarantaine de personnes âgées, voilà ses maigres attentes pour une matinée place de l’Esplanade. Au contraire, à quelques rues de là, les marchés de Broglie et de la Marne ne désemplissent pas : « il y a plus de jeunes, et ça, c’est depuis le Covid ! ». Une exception qui confirme la règle : deux mois ont suffi pour que les habitudes alimentaires des Strasbourgeois reviennent à la normale. L’engouement est retombé.


C’est ce que confirme Jean-Daniel Boyer, sociologue et anthropologue. En 2020, il a étudié les comportements alimentaires des Strasbourgeois. S’ils se sont rués sur le local pendant le confinement, le désintérêt et le manque de temps sont vite revenus. Un facteur non négligeable d’une consommation locale : le temps bien sûr ! Aller acheter ses produits, les cuisiner, autant de petites choses qui peuvent freiner un consommateur. Selon le chercheur de l’Université de Strasbourg, les circuits courts ne pourront se développer qu’à la condition d’une transformation en profondeur de la société et des habitudes alimentaires. Il faudrait aussi que la population accepte de revenir à une alimentation plus saisonnière, plaide J-D Boyer. Une éducation à l’alimentation locale qui doit se faire à tout âge, et ce même dans les restaurants scolaires. Donc à la cantine, fini les tomates en hiver, et place aux navets !

« C’est là tout le challenge », affirme Éric Tyszkowski, chargé de la restauration scolaire dans les collèges du département. Si les cantines tentent d’introduire des produits locaux et de saison dans leurs menus, elles se heurtent parfois aux préférences gustatives des jeunes. À l’heure actuelle, en moyenne, 15 % des aliments utilisés dans les cantines sont issus de circuits courts. Au souci des préférences de consommation s’ajoute un volume de commandes parfois insuffisant pour les producteurs afin de garantir la rentabilité de la vente, ainsi que la gestion de l’approvisionnement des produits vers les établissements scolaires. Pour pallier cela, les collectivités et la Chambre d’Agriculture d’Alsace cherchent à mettre en place des réseaux de distribution ainsi que des points-relais, ce qui pourrait fortement inciter les cantines à la cuisine locale et saisonnière. La crise sanitaire a prouvé qu’un retour au local est possible, mais différents facteurs interfèrent avec ce choix de consommation. D’autres alternatives pourraient donc être imaginées pour créer plus de liens entre les différents acteurs et les consommateurs.



Citer ce billet
fannybenard (2022, 14 novembre). Les produits locaux ont-ils encore une place dans l’assiette des Strasbourgeois ? Le Grand public. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtaq

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search