«Ne vulgarisez pas sur TWITCH comme vous feriez de la vulgarisation mais comme vous feriez du TWITCH »

Historiquement dédiée au gaming, c’est-à-dire aux jeux vidéos, la plateforme de streaming Twitch se diversifie et des créateurs (appelés streameurs) y proposent maintenant de nouveaux formats de médiation. Sabine Pasdelou (SabinePasdelou), Robin Tisserand (LeGonfleurdHelice) et Sylvain Coutty (GetBunsen) font partie des vulgarisateurs qui se sont regroupés au sein du collectif PogScience.

Que faites-vous sur Twitch ?

GetBunsen : Je fais deux lives par semaine où je réponds à des questions que m’a posées le public. Lorsque j’ai des contacts dans le milieu concerné, on le fait en duo. J’aime bien ce rôle de metteur en scène, d’animateur mais en laissant parler les experts. Je fais aussi un peu de gaming.

SabinePasdelou : Dès le début, je voulais faire du gaming et de la culture. D’une part parce que le jeu vidéo fait partie de mon identité, d’autre part pour parler de culture à un public qui n’a pas forcément envie d’aller dans les musées. A côté des sessions gaming il y a des sessions culture avec des formats variés. J’ai fait des visites virtuelles de musée, des lectures commentées, je crée avec le public des expos virtuelles tous les mois et je vais lancer une revue de presse culturelle.

LeGonfleurdHelice : Je suis parti dans l’idée de parler d’aviation mais je m’oriente aussi sur un format mélangeant vulgarisation et jeu vidéo. Par exemple, j’ai créé une carte de la France sur Geoguesser où on doit retrouver des lieux d’intérêts scientifiques et culturels.

La plateforme permet-elle de s’éloigner du jeu vidéo ?

GetBunsen : Actuellement pas trop. La communauté est plus faible avec la vulgarisation, pour grandir il faut utiliser les codes de Twitch et le jeu vidéo en fait partie. Et puis ça reste un plaisir de jouer !

SabinePasdelou : Même si Twitch a beaucoup changé, ça reste une plateforme de gaming et c’est notre univers, on a grandi avec le jeu vidéo. Ça fait partie de notre identité, c’est un milieu qui nous est cher et je ne pense pas qu’on le quitterait pour faire de la vulgarisation. C’est une voie d’entrée plus cool et sereine pour motiver les gens qui ne sont pas à l’aise avec un format trop scientifique à regarder ce que je fais d’un point de vue culturel. Il ne faut pas se cantonner à un public scientifique, car on tourne en rond.

LeGonfleurdHelice : Dans PogScience il y a quelques streameurs qui ne font pas de jeux vidéo, mais c’est très rare car Twitch encourage le gaming. Cela permet aussi de partager de bons moments entre membres de PogScience et de créer de l’interaction avec le public pour le fidéliser.

Quelle est la plus-value du streaming pour la vulgarisation ?

SabinePasdelou : L’interaction…

GetBunsen : et sa spontanéité ! On ne la retrouve pas sur Youtube ou à la télé.

SabinePasdelou : Oui, l’authenticité et le lien émotionnel avec la communauté. J’avais une chaîne Youtube et je n’avais pas ce lien. La communication est descendante alors que sur Twitch ça va dans tous les sens. Le public t’apporte plein de choses aussi.

GetBunsen : Chaque membre de la communauté a des expériences et des connaissances différentes. Cela permet d’avoir un cerveau commun plus intelligent qui sert de garde-fou.

LeGonfleurdHelice : Si dans la forme le live ressemble à la VOD, la façon de faire est très différente. On fait directement ce qui nous plaît : du transfert de connaissances, pas du montage. Et c’est moins imposant de se lancer sur Twitch que sur Youtube car grâce à la spontanéité on peut se permettre de faire des erreurs qui sont plus facile à rattraper en direct.

GetBunsen : Pour rebondir sur ça, sur Youtube la vulgarisation s’est déjà construite depuis une dizaine d’années. Les vidéastes y ont des formes qui sont ancrées et les gens attendent cette qualité. Sur Twitch elle est encore à trouver pour les vulgarisateurs.

LeGonfleurdHelice : Sur la forme, je conseille : ne vulgarisez pas sur Twitch comme vous feriez de la vulgarisation, mais comme vous feriez du Twitch.



Citer ce billet
vincentplanchenault (2022, 1 juin). «Ne vulgarisez pas sur TWITCH comme vous feriez de la vulgarisation mais comme vous feriez du TWITCH ». Le Grand public. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtap

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search