Fascination ou désintérêt, les membres de l’Herbier de l’Université de Strasbourg dépoussièrent son image

Les herbiers soulèvent aujourd’hui un regain d’intérêt scientifique et esthétique, Maïva CATTET, technicienne de conservation des collections et le Dr Laurent HARDION, enseignant chercheur, expliquent comment ils œuvrent, avec leur équipe, à la valorisation de ce patrimoine.

Liasses de planches d’herbier (©Chloé BALL) / Planche d’herbier: https://explore.recolnat.org/search/botanique/type=advanced&image=true&institutioncode=STR&disposition=Herbier%252520d’Alsace / Dessin naturaliste: https://www.biodiversitylibrary.org/item/9619#page/2/mode/1up / Panneau pédagogique du Jardin Botanique (©Chloé BALL)

A vos yeux, comment sont perçus actuellement les herbiers par le public ?

Maïva CATTET: Quand je dis que je travaille dans un herbier, les gens sont fascinés. Le public accroche surtout à l’aspect esthétique des parts d’herbier (planche spécifique d’herbier) et aux anecdotes liées à leur histoire. Les gens sont d’abord très intéressés et curieux mais passé ce premier élan la plupart d’entre eux ne cherche pas à aller plus loin.

Laurent HARDION: Tout à fait, mais quelques fois, les retours sont plus mitigés (utilité, temps perdu). C’est alors à nous d’expliquer l’étendue et l’importance de ce patrimoine lors des évènements que nous proposons mais durant lesquels seules quelques-unes des 500 000 planches de l’Herbier de l’Université de Strasbourg sont présentées.

Les herbiers sont-ils des collections accessibles au grand-public ?

Laurent HARDION: L’important pour un herbier est d’être valorisé. Leur observation par le grand public reste possible lors de visites ponctuelles, mais utiliser directement les planches d’herbier est plus complexe. Leur manipulation peut causer la perte d’éléments.

Maïva CATTET: Pour pallier cela, nous orientons, dans un premier temps, les utilisateurs vers des bases de données (ReColNat, Schimper, Anthos) contenant les images issues de la numérisation des planches de l’Herbier de l’Université de Strasbourg. Près de 30 000 échantillons numérisés sont ainsi accessibles par tout un chacun via internet. Pour des demandes plus précises, la consultation est proposée dans le respect des règles de conservation des collections. Fondamentalement les herbiers sont des outils de travail accessibles à de multiples projets.

Quelles actions de médiation réalisez-vous à Strasbourg pour le grand public ?

Maïva CATTET: Pour ancrer l’herbier et son utilité dans les esprits, nous participons chaque année aux Journées du patrimoine et à la Nuit des musées en réalisant des expositions à l’institut de botanique.

Laurent HARDION: En 2019, par exemple, nous avons proposé l’observation d’une chaîne de montage d’une planche d’herbier que nous expliquions étape par étape.

Maïva CATTET: En complément de ces événements, nous réalisons également des panneaux explicatifs en collaboration avec le Jardin botanique. Pour valoriser plus largement l’Herbier, nous possédons un site internet, et nous répondons à des interviews pour la radio ou des journaux. Pour toucher de nouveaux publics, nous cherchons aujourd’hui à les poursuivre et à innover. Nous avons réalisé différents supports audiovisuels, tout en travaillant avec le Réseau des Herbiers de France. Nous pourrons ainsi faire connaître davantage les richesses de l’Herbier de l’Université de Strasbourg au grand public et aux scientifiques.



Citer ce billet
chloeball (2022, 1 juin). Fascination ou désintérêt, les membres de l’Herbier de l’Université de Strasbourg dépoussièrent son image. Le Grand public. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtao

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search