Science, insectes et citoyens : tous en ville!

Participer à la science, ce n’est plus réservé aux chercheurs. Certains projets de sciences citoyennes ont un but commun : l’éveil aux sciences par l’intermédiaire de la collecte de données pour la recherche. JardiBiodiv est un parfait exemple de ce type d’initiative.

©Pixabay

C’est indéniable, la tendance est au vert. Avoir son jardin, même en ville, et y faire pousser ses propres légumes revient à la mode. Mais pour avoir un jardin vivant et florissant, il est nécessaire de savoir comment le faire prospérer. « Si on veut travailler avec la biodiversité, il faut déjà connaître cette biodiversité, connaître les cycles de vie, savoir quels sont les rôles dans l’écosystème » affirme Apolline Auclerc, maître de conférence à l’université de Lorraine. Spécialiste de l’écologie des sols, elle a créé JardiBiodiv, un programme de science participative basé sur l’observation de la biodiversité vivant à la surface du sol.

L’idée est simple : installer plusieurs postes d’observation pour identifier les communautés d’insectes en ville. Les citoyens participants fabriquent leurs pièges à insectes, font leurs relevés et envoient leurs résultats, qui sont étudiés afin d’évaluer l’état général des sols citadins. Récuperer ces informations est indispensable pour envisager des stratégies de conservation de la biodiversité du sol.

Adapté en application mobile, JardiBiodiv connaît un large succès. Partout en France, les participants apprennent à différencier les insectes trouvés dans leurs jardins. En les dénombrant, ils établissent un bilan de santé de leur sol. En plus des informations d’identification, l’application JardiBiodiv détaille aussi les avantages qu’apporte la présence de ces animaux dans un jardin. Ce qui peut amèner les participants à questionner leurs habitudes de jardinage. « Si on veut réintroduire les plantes en ville, alors il va falloir réadapter les techniques. » confirme Florian Franck-Neumann, animateur du réseau SOLenVille à Strasbourg, programme inscrit dans le projet JardiBiodiv.

Les questions sur la science, il y en a partout. Souvent, elles semblent simples, mais y répondre n’est pas toujours facile. « Actuellement, personne ne peut répondre à des questions comme « quel est le nombre de cloportes en ville ? » On a besoin de beaucoup de données, souvent difficiles à récolter. Les sciences participatives peuvent aider » proclame Apolline Auclerc. Basées sur un échange réciproque, les sciences citoyennes veulent générer une récolte importante de données à destination de la recherche, tout en initiant les participants à la science, celle qui nous parle, celle qu’on retrouve partout dans la vie de tous les jours.

Alors, si vous êtes prêts à affronter vers de terre et araignées, fabriquez votre piège à insectes et participez vous aussi à la recherche !



Citer ce billet
apollinelaenger (2022, 1 juin). Science, insectes et citoyens : tous en ville! Le Grand public. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtam

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search