“90% de ce qui est publié en archéoastronomie est à jeter, il faut trier le bon grain de l’ivraie”

L’archéostronomie pâtit de la publication de trop nombreux travaux pseudo-scientifiques. Des bénévoles de la Société Astronomique de Bourgogne ont entrepris de développer des méthodes de référence pour en faire une discipline rigoureuse. Comment une telle initiative de science participative peut-elle trouver sa place au sein du paysage scientifique, dans un système qui ne prévoit pas la cohabitation entre chercheurs et amateurs ?

La Quesera de Zonzamas, Lanzarote (îles Canaries). Crédit photo: Stéphanie Demaretz

Les conditions de publication de l’article de Medina et Arnaiz-Villena sur la Quesera de Zonzamas sont suspectes (voir la partie 1 de l’ enquête de ce dossier réalisée par Stéphanie Demaretz). C’est ce que conclut Šárka Grando Válečková, docteure en Archéologie de l’Université de Strasbourg et membre du comité de rédaction de la revue Archimède (Archéologie et histoire ancienne : Méditerranée – Europe). Sur le site de la revue International Journal of Modern Anthropology, dans laquelle le papier incriminé a été publié, il est indiqué que les articles soumis “font l’objet d’un examen par un minimum de deux rapporteurs anonymes”. Or, la publication de l’article sur la Quesera de Zonzamas a été étonnamment rapide (reçu le 1 avril 2018, il a été publié le 5 mai 2018). « Avec ce délai, c’est impossible que deux experts aient véritablement examiné le papier » note Šárka Grando Válečková. De plus, elle souligne le manque de rigueur dans la forme de l’article : « la bibliographie est incohérente, il y a des fautes de typographies, des liens hypertextes ne fonctionnent pas et les photos ne respectent pas les codes scientifiques ». En effet, les photographies utilisées dans les articles d’archéologie doivent comporter une mire d’un mètre, une flèche indiquant le nord, et le sujet doit être pris sous plusieurs angles. Aucun de ces critères n’est rempli dans l’étude sur le calendrier luni-solaire. Par ailleurs, Antonio Arnaiz-Villena a co-écrit au moins un article dans 13 des 16 numéros que la revue International Journal of Modern Anthropology a fait paraître depuis sa fondation en 2010. Soit un total de 23 articles publiés dans une même revue, dont il est également éditeur. Pour Olivier Lemercier, archéologue et professeur en Archéologie de la Préhistoire Récente à l’Université  à l’université Paul Valéry – Montpellier 3, « c’est complètement délirant, une revue scientifique dans laquelle l’éditeur publie dans chaque numéro… c’est Raoult ! ». 

La publication de nombreux travaux pseudo-scientifiques entache la réputation de l’archéoastronomie. Doter cette discipline d’un cadre d’évaluation rigoureux constitue un enjeu important. Des bénévoles du groupe Investigations de la Société Astronomique de Bourgogne (SAB) s’attellent à cette tâche et se donnent pour ambition “de développer des méthodes de référence pour garantir la justesse scientifique des études en archéoastronomie”. Depuis 2021, ils diffusent leurs travaux en ligne sur un carnet de recherche. Selon Eric Chariot, directeur du développement de la SAB, et Vincent Boudon, président de la SAB et Directeur de Recherche CNRS au Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne, “90% de ce qui est publié en archéoastronomie est à jeter, il faut trier le bon grain de l’ivraie”. En mai 2021, le groupe a publié un article qui développe un critère afin d’étayer la présence d’alignements stellaires intentionnels sur un site archéologique. Ce critère dit “du jeu de quille”, permet de déterminer la probabilité que l’alignement observé résulte du hasard, plutôt que d’une orientation intentionnelle. “À partir d’une orientation donnée, n’a-t-on pas 100 % de chances de tomber sur un lever/coucher d’étoile ? Notre problème de pointage sur un lever ou un coucher d’étoile est similaire à celui du quilliste. S’il lance une boule, combien a-t-il de chances de toucher une quille ? Cela dépend de la taille de la boule et de l’espacement des quilles. Pour nous, ce sera la largeur de l’incertitude angulaire et l’espacement entre les étoiles. Si un quilliste a toutes les chances de faire tomber une quille sur son lancer, cela n’indique rien de significatif sur son talent.”

Eric Chariot précise : “ce à quoi il faut faire très attention, c’est l’incertitude des mesures”. C’est d’autant plus important que différentes sources d’incertitudes peuvent se cumuler. Il y a d’abord le type d’instrument employé. Une mesure prise avec une simple boussole aura une précision de ± 2,5°, contre ± 0,5° avec une boussole professionnelle avec clinomètre (qui permet de mesurer l’inclinaison d’un plan par rapport à l’horizontale) et ± 0,0003° avec un tachéomètre professionnel (qui sert à mesurer des angles horizontaux, verticaux et des distances). La méthode employée est également importante : une mesure faite à la main est beaucoup moins précise qu’un calibrage au GPS. Pour Šárka Grando Válečková, il est primordial de “publier les données primaires avec le papier. Il faut que toutes les mesures réalisées soient mises à disposition. Mais dans le cas du papier sur la Quesera de Zonzamas, publier les données réfuterait certainement ce qu’ils veulent prouver…”.

La magnitude des étoiles, c’est-à-dire leur degré de luminosité, est un autre élément à prendre en compte. Plus une étoile est brillante, plus sa magnitude est faible. “Dans un ciel dégagé et sans pollution lumineuse, un œil humain normal peut distinguer une étoile jusqu’à la magnitude 6 environ” soulignent les auteurs de l’article. “Si l’on considère les étoiles au-delà de la magnitude 4, cette probabilité est de 100 %, ce qui signifie que l’on trouvera toujours une étoile se levant ou se couchant dans une direction donnée et dans l’intervalle de déclinaison considéré. La probabilité qu’un alignement unique sur un coucher ou un lever d’étoile soit dû au hasard ne sera donc faible que pour les étoiles de magnitude basse, typiquement inférieure à 2”. 

Concrètement, l’article met en évidence qu’une orientation unique ne peut pas être significative pour une imprécision des mesures supérieure à 0,5° et des étoiles de magnitude supérieure à 2. Pour des résultats crédibles, il faut donc une qualité de mesures irréprochable et un choix d’orientations sur des astres très significatifs. Ce critère du jeu de quille a été utilisé pour analyser quatre articles de recherche portant sur le bassin du site archéologique de Bibracte (Bassin situé en Bourgogne-Franche-Comté, qui suscite la curiosité des archéologues). Il a permis de montrer que les conclusions des quatre publications archéoastronomiques traitant de l’orientation du petit axe et du grand axe sur le lever du Soleil au solstice d’hiver ou sur des étoiles particulières étaient peu plausibles. 

Eric Chariot explique que les bénévoles de la SAB font ces publications pour l’ensemble de la communauté archéologique : “on veut montrer que cette discipline peut être sérieuse, mais pour cela il faut lui faire gagner en rigueur et en crédibilité”. Ce projet de science participative a sans doute de beaux jours devant lui. Toutefois, il se heurte parfois à des difficultés imprévues. Vincent Boudon relate une anecdote révélatrice : “Nous avons  déposé l’article sur le critère du jeu de quille sur l’archive ouverte pluridisciplinaire HAL. Au début, le papier n’a pas été validé, car il n’y avait personne du milieu académique. J’ai mis ma double affiliation, de la SAB et comme chercheur en physique, et le truc est passé”. Il y a encore du chemin à faire pour que le monde scientifique s’ouvre véritablement à la cohabitation entre chercheurs et amateurs.



Citer ce billet
Céline Goffette (2022, 1 juin). “90% de ce qui est publié en archéoastronomie est à jeter, il faut trier le bon grain de l’ivraie” Le Grand public. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtai

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search