La Quesera de Zonzamas, site archéoastronomique ou mirage pseudoscientifique ?

Récemment, des chercheurs ont fait une nouvelle interprétation du site archéologique appelé “La Quesera de Zonzamas” situé à Lanzarote. Cependant en y regardant de plus près, de nombreux aspects de leur publication posent questions. Comment peut-on se faire une idée de la rigueur scientifique d’une information? Les spécialistes interrogés donnent leur avis à ce sujet.

Figure 1 : La Quesera de Zonzamas et les alignements tracés par les auteurs  (image issue de l’étude de Arnaiz-Villena et Medina intitulée A Lunisolar Prehistoric Calendar in Lanzarote Island: “La Quesera” (Cheeseboard) from Zonzamas)

Antonio Arnaiz-Villena affirme dans une étude publiée en mai 2018 dans la revue « International Journal of Modern Anthropology » que le site de la Quesera de Zonzamas situé à Lanzarote est un calendrier luni-solaire datant de l’âge du Bronze. Selon lui et son co-auteur Marcial Medina, les sillons creusés dans la roche forment un ensemble ressemblant à un fromage à trous (Quesera venant du mot « queso » ou fromage en espagnol) qui permettait aux anciens habitants de l’île « les Guanches », de se repérer dans le temps pour marquer des célébrations rituelles ou des événements agricoles. 

Après deux ans de mesures d’azimut et de hauteur effectuées lors du lever du soleil entre 2014 et 2015 avec un simple compas de navigateur, Medina, archéologue en freelance est sûr de sa trouvaille: trois des lignes de roche séparant les sillons creusés pointent vers le lever du soleil à des moments spécifiques de l’année.

Le côté nord du site forme une ligne qui vise le lever du soleil au solstice d’été (voir figure 1). Ce dernier apparaît exactement dans l’angle formé par la montagne Maneje et la montagne Tahiche. La ligne de roche centrale pointe la direction du lever du soleil lors des équinoxes et la dernière indique la position du soleil à son lever lors du solstice d’hiver. Le site, proche de Zonzamas, une ancienne grande ville de l’île, est donc bien pour ces deux scientifiques un calendrier qui débute le 21 juin, au moment du solstice d’été, et comporte 12 mois représentés alternativement par les sillons et les lignes de roche.

Les auteurs de l’étude, avancent que ce calendrier datant de l’âge du Bronze atteste des connaissances très avancées en astronomie des aborigènes peuplant à cette époque l’île. Il aurait en effet intégré une correction lui permettant de prendre en compte l’ajout d’un jour « flottant » tous les quatre ans. Ainsi ils décrivent que la troisième ligne de roche, correspondant au mois de février-mars, est surmonté d’un pic saillant indiquant que c’est à ce moment qu’il faudrait appliquer la correction. Ce mois ne possédant que 28 jours alors que les autres 30 ou 31 jours, la correction apportée ferait du calendrier luni-solaire de Zonzamas, un calendrier comportant 365 jours ou 366 jours.

Mais arrêtons là l’anachronisme ! Comme Pascal Descamps, astronome à l’observatoire de Paris, l’indique « On est complètement dans le délire de penser à l’introduction de l’année bissextile au Néolithique. Cela date du calendrier julien, de Jules César, en 45 avant JC. Là, on est très très loin… ». L’astronome est catégorique, l’étude est constituée d’une multitude de « généralités qui n’apportent rien au problème, rien n’est prouvé » et pire « les mesures en azimut et hauteur ne servent strictement à rien ». En effet, l’article d’Arnaiz-Villena et Medina est basé sur les positions du soleil à son lever. Or, la hauteur du soleil à son lever est par définition à 0° alors à quoi bon la mesurer ? Aucune mesure faite par Medina n’est publiée dans l’article. Cela pose donc question car « en général, quand on fait des mesures on les publie, de manière à ce qu’on puisse les reproduire et les vérifier » enchaîne le scientifique. Par ailleurs, la figure de l’article (voir figure 1) qui illustre le soi-disant alignement des lignes de roche avec le lever du soleil lors des équinoxes et des solstices, montre une « droite brisée pour l’équinoxe » et la ligne de roche représente « une courbe de 30° pour le solstice d’hiver » ajoute Bruno Rhinn du planétarium de Strasbourg. Comment prouver un alignement dans ces conditions ?

Enfin la question de la datation de la Quesera de Zonzamas se pose. Là encore, les deux auteurs n’apportent aucune preuve. Pour Olivier Lemercier, archéologue et professeur en Archéologie de la Préhistoire Récente, à l’Université de Montpellier, la première chose à faire est « d’avoir recours à un géologue pour vérifier le caractère anthropique du site ». Selon lui, les auteurs font partie de « ces gens qui se persuadent de choses… ». Il n’a « jamais entendu parler de ce site archéologique et monsieur google non plus ». Bien que l’article date déjà de quatre ans, il n’a pratiquement pas été cité par d’autres scientifiques. C’est très compliqué de dater la roche, on ne peut pas utiliser le carbone 14 car la plupart des roches n’en contiennent pas. Dans ce cas, on utilise une autre méthode. « C’est par comparaison avec des monuments qui seraient mieux datés par ailleurs » que l’on pourrait estimer l’âge de la Quesera de Zonzamas, poursuit Olivier Lemercier. Dans cette étude, « les comparaisons sont faites avec des choses de toutes les époques et de toutes les aires géographiques, ça ne tient pas droit une seconde », ajoute-t-il.

Pourtant, selon Pascal Descamps, « on est peut-être, malgré tout, face à un calendrier ». Il a calculé que l’amplitude ortive (l’angle entre la direction Est et la direction maximale de lever du soleil) à l’endroit où se trouve la Quesera de Zonzamas est de 27°. Il émet l’hypothèse (sous réserve de la valider en faisant les mesures sur place) que cet angle se retrouve sur le site archéologique en utilisant non pas les sillons de la Quesera mais les encoches visibles sur le pourtour ainsi que le point saillant présent sur l’une des lignes de roche. Alors, la construction de Zonzamas serait, selon l’astronome, « un instrument utilisé pour viser le soleil à son lever et ainsi en déduire où se trouve-t-on dans l’année par rapport aux équinoxes et aux solstices ». Antonio Arnaiz-Villena et Marcial Medina, tous deux spécialistes en immunologie, sont passés complètement à côté car, pour Pascal Descamps, « ils n’ont pas les compétences pour et auraient dû demander conseil à un astronome comme Magli [astrophysicien et archéo-astronome italien] qu’ils citent d’ailleurs en référence ».

Ainsi, s’il s’agit d’un calendrier, il est loin d’être aussi perfectionné que ce qui est décrit dans l’étude et on ne peut absolument pas, en l’état des preuves avancées par les deux auteurs, le dater de l’âge du Bronze. D’autres sites érigés au Néolithique traduisent les connaissances en astronomie des hommes préhistoriques. Par exemple, l’alignement de l’avenue de Stonehenge et de son cercle de pierre sur l’axe du lever du soleil au solstice d’hiver et au solstice d’été. Cependant pour donner du poids à une interprétation, il est nécessaire que celle-ci soit validée par divers spécialistes et que ceux-ci « croisent leurs points de vue » ajoute Bruno Rhinn. C’est cette complémentarité des points de vue et des connaissances qu’il faut mettre systématiquement en place en archéoastronomie pour que celle-ci soit une discipline inattaquable (cf. la partie 2 de l’enquête « 90% de ce qui est publié en archéoastronomie est à jeter, il faut trier le bon grain de l’ivraie » publié dans ce même dossier).



Citer ce billet
stephaniedemaretz (2022, 1 juin). La Quesera de Zonzamas, site archéoastronomique ou mirage pseudoscientifique ? Le Grand public. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtah

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search