« Je ne veux pas forcément me faire une place dans le YouTube Game. »

Gwendal Adam, jeune diplômé du master de paléontologie de Rennes 1, et nouvel arrivant sur YouTube avec sa chaîne de vulgarisation PalHeol nous raconte le pourquoi et le comment de son arrivée sur la plateforme, sur laquelle il est de plus en plus difficile de se faire un nom..

Pourquoi le nom « PalHeol » ?

C’est le mix de « paléontologie » et de mes racines bretonnes. « Heol » signifie « soleil » en breton. La Bretagne c’est important pour moi, j’ai étudié le breton, petit, et j’ai toujours aimé ce mot. J’avais d’ailleurs appelé mon chien Heol !

Comment est né votre projet ?

Ça a commencé parce que je me posais beaucoup de questions sur ce que j’allais faire plus tard. Je suis passionné de paléontologie, de vidéo et de cinéma, mais je ne savais pas trop comment les mêler. Ma meilleure amie m’a conseillé de créer mon entreprise et de tourner des vidéos sur la paléontologie. Pour le stage de master 2, j’ai tenté ma chance. J’ai demandé au Musée des Dinosaures d’Espéraza, que je connais depuis tout petit, de faire un documentaire sur les dinosaures du sud de la France. Comme ça, je pouvais faire des recherches dessus et en même temps de la vidéo. J’ai aimé et ça a plu, surtout aux professionnels du milieu, alors je me suis dit que je pouvais monter ma structure et voir comment ça évolue. Si ça ne marche pas, tant pis, je trouverai autre chose.

Pourquoi se lancer sur YouTube plutôt qu’un métier « classique » ?

YouTube n’est pas vraiment l’endroit où je veux me lancer. Ce n’est pas mon fonds de commerce, et je ne veux pas forcément me faire une place dans le « YouTube Game ». C’est plutôt pour me faire une sorte de vitrine, pour envoyer des liens à des clients potentiels et montrer ce que je peux faire tout en me faisant plaisir. Si ça peut me ramener du monde, c’est génial, mais ce n’est pas mon but premier. On ne peut pas dire que je sois youtubeur.

Comment faites-vous pour rester créatif alors que beaucoup de choses ont déjà été faites ?

Bonne question. Personnellement, j’ai envie de voir des contenus que je ne trouve pas forcément sur YouTube. J’essaye donc de faire des vidéos en me disant que des personnes qui apprécient les mêmes choses que moi pourraient aussi aimer ce que je produis. Au pire, si je vois plus tard que ça existait avant, tant pis. Je ne peux, de toute façon, pas faire exactement la même chose, et on s’inspire toujours un petit peu de ce qui existe déjà. Mais cette inspiration, je la remets à ma sauce, pour un sujet que j’ai choisi et que je n’ai pas trouvé ailleurs, avec mon propre travail de fond et de forme.

Qu’est-ce qui, selon vous, fait un bon vulgarisateur ?

D’abord, il faut aimer son sujet, mais ça ne fait pas tout. Ce n’est pas parce qu’on adore quelque chose qu’on le connaît. Il faut se renseigner et faire attention aux références qu’on utilise. Le mieux, ce sont les articles scientifiques ou l’avis de professionnels du milieu. Wikipédia peut aussi être une bonne aide, mais seulement quand les sources sont données et qu’elles sont pertinentes. Ensuite il faut comparer ces informations. Il peut y avoir plus récent, ou des compléments à trouver. Le défi est de garder un lien avec l’actualité tout en conservant un œil sur l’historique du sujet, pour recontextualiser. L’important ici est d’être pédagogue, patient, et toujours se remettre en question. Peut-être qu’on fait trop compliqué, que ce qu’on dit n’est pas ou plus juste. Rester ouvert à l’erreur et s’en servir pour rebondir est la clé. Et aussi avoir un peu d’humour.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. GirardL dit :

    Bon courage à Gwendal qui fait un super travail !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search