Museomix Alsace, une réelle innovation en médiation ?

La créativité est une ressource que l’on aimerait inépuisable. C’est dans cette optique que Museomix tente, en moins de trois jours, de pousser ses participants non-initiés à innover en matière de médiation. Est-ce que cette formule originale est la solution miracle au syndrome de la page blanche ?

En ce dimanche de novembre, à 16 h, il pleut et la nuit se montre déjà. Dans cette sombre atmosphère, les musées de minéralogie, archéologie et sismologie de Strasbourg semblent pourtant bien plus animés qu’à l’accoutumée. Les visiteurs se bousculent pour découvrir les projets nés de l’événement Museomix Alsace 2021. Sous forme d’un hackathon, cet événement a permis à cinq équipes d’une dizaine de participants de tenter l’expérience de l’innovation en médiation.

Chaque équipe choisit une problématique et dispose ensuite de 48 h pour créer un prototype muséal fonctionnel qui y répond. Par exemple, « Comment faire entrer le visiteur dans le musée ? ». Le groupe en charge a répondu à cette question en installant une porte rouge vif dans la rue pour inciter à l’exploration du musée de minéralogie. Après cette porte, le public suit une corde qui les mène jusqu’aux collections.

C’est Jeanne, muséomixeuse et responsable programmation au Vaisseau à Strasbourg, qui accueille les visiteurs et leur détaille tout l’enjeu du projet et sa conception. « On avait tous des idées à droite à gauche, mais rien de complètement abouti. De nos images fantasmées, on a créé ce projet collectivement. » explique-t-elle. Autour d’elle, les autres membres de l’équipe gravitent, dont Charles, étudiant en épistémologie qui met en avant la diversité de profils des participants. « Nous avions tous des âges différents, des parcours divers, mais on a réussi à faire converger nos points de vue. » Leur réalisation un brin loufoque semble portée par des visions variées et surtout, par des personnes éloignées du milieu de la médiation. D’après Jeanne, « cela pousse les gens à se réapproprier la culture même s’ils n’en sont pas issus », n’importe qui d’un peu curieux peut transformer un musée en terrain de jeu.

En poursuivant leur chemin entre les vitrines, les visiteurs se retrouvent face au travail d’une autre équipe avec pour problématique : « Des collections bien vivantes ? ». Un enfant amusé attrape l’une des deux pierres mises en avant par le dispositif et une bande-son se lance. C’est une courte histoire, comme si le fragment de roche racontait sa biographie et prenait vie. Malheureusement, le second mécanisme est défectueux et la bande-son ne démarre pas automatiquement. La foule reste intéressée et conciliante, elle sait que les délais étaient serrés. La veille, à midi pile, les équipes devaient avoir terminé le cahier des charges pour leurs prototypes. Jusqu’à la présentation devant le public le lendemain, moins de 24 h se sont écoulées, pour monter, peindre, souder, programmer, enregistrer et mettre en place les projets.

Mais quel est le véritable impact de l’événement ? Sur cinq réalisations, trois seront démontées et deux demeureront en l’état. Dans le musée de sismologie, le directeur du lieu semble charmé par le concept pour la problématique « Comment donner à voir ce qui n’est pas exposé et créer l’immersion ? ». C’est un téléphone qui diffuse des dialogues entre la Terre et le sismologue à des dates clés et il va rester en place durant plusieurs mois. Comme le dit Charles : « Les prototypes impactent juste l’endroit où ils ont été créés sans toucher la muséographie au sens large. » Pourtant, tout l’événement enclenche un processus de réflexion, que ce soit chez les participants, les visiteurs ou les musées. L’objectif n’est donc pas véritablement que les réalisations deviennent pérennes. Par son contexte propice et des regards nouveaux, Museomix semble proposer une recette qui fonctionne. Malgré une portée discutable, cette manifestation prouve qu’innover en médiation est encore possible aujourd’hui.



Citer ce billet
camillebasile (2022, 1 mars). Museomix Alsace, une réelle innovation en médiation ? Le Grand public. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qta0

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search