Médiathèques en débats ; le collectif Georgette Sand sème des graines

« Stéréotypes et femmes méconnues », un atelier animé par le collectif féministe Georgette Sand dans le cadre du programme « Cachez cette femme que je ne saurais voir » des Médiathèques en débats de l’Eurométropole de Strasbourg s’est tenu le 17 novembre 2021. Cet atelier propose de décrypter les stéréotypes de genre d’aujourd’hui en revenant sur le processus d’invisibilisation des femmes tout au long de l’Histoire.

« C’est bien ici l’atelier sur les femmes ? » Une journaliste rejoint timidement le petit groupe de dix jeunes, dont 3 garçons, qui attendent l’arrivée des animateurs dans une grande salle de travail de la Médiathèque André Malraux à Strasbourg. Après quelques minutes de silence, deux trentenaires énergiques débarquent, essoufflées, les bras chargés, et s’empressent de commencer la séance : « Vous connaissez le collectif Georgette Sand ? » Ophélie Latil et Marguerite Nebelsztein, bénévoles dans l’association depuis sa création, en 2013 présentent rapidement le collectif et leur slogan : faut-il s’appeler George pour être pris au sérieux ? Actuellement, une quinzaine de membres actives mènent des actions pour la visibilité des femmes dans l’espace public : soutien juridique, rédaction de tribunes, animations de stands et même intervention au Parlement Européen. RetentissantES, Si/si les femmes existent, Fémix’sport, #NousToutes, et bien d’autres associations féministes aux actions similaires fleurissent ces dernières années.

Les deux intervenantes, habituées à animer de tels ateliers, sont à l’aise, même lorsque les participants sont timides, comme aujourd’hui. Marguerite lance l’atelier : « Vous pouvez me citer un compositeur connu ? Et une compositrice ? » Monarque, militaire, auteur.rice engagé.e, toutes les professions y passent et sans surprise, si les noms d’hommes sont facilement cités, on ne peut pas en dire autant des femmes. La science n’y coupe pas et Ophélie sourit lorsque Marie Curie est mentionnée : « C’est toujours elle qui est citée, mais même elle est invisibilisée par rapport à son mari, rien que parce qu’elle porte son nom ! »

Les noms de rues, les monuments, dans les livres d’histoires, les théâtres ou les musées, pourquoi la moitié de l’humanité a-t-elle disparu ? Tout simplement parce que l’histoire a été écrite par des hommes. « Il y a l’histoire et le récit de l’histoire » commente Marguerite. Les deux bénévoles se lancent alors dans le récit des histoires de ces femmes inconnues qui ont aussi fait partie de l’histoire. Louise Bertin, Hypathie, Marie de Gournay, Camille Claudel, Maria Anna Mozart, Fanny Mendelssohn, Rosalind Franklin, Margaret Keane, Elisabeth Bathory, Alice Guy, Paulette Nardal, Marthe Gautier… La liste est longue et dans tous les domaines, les travaux de ces femmes ont été discrédités ou même spoliés. Ophélie questionne la petite assemblée : « Vous savez quels mécanismes participent à cette invisibilisation ? » Petit à petit, les rôles de l’Etat, de la religion, de l’inclusivité de la langue, de la famille ou de l’autocensure sont énumérés avec à nouveau, des exemples de femmes qui s’y sont opposés.

« Mais c’est aussi l’histoire de femmes qui ont échoué face à l’invisibilisation » précise Marguerite. L’objectif des ateliers proposés par le collectif n’est pas tant de fournir des modèles historiques aux jeunes filles, comme c’est souvent le cas des campagnes actuelles de visibilité des femmes, mais plutôt de rétablir une forme de vérité historique et de raconter la vie de toutes, et pas seulement des héroïnes. Ophélie clôture la séance avec quelques conseils pour lutter contre cette invisibilisation : « Il faut s’inspirer de l’histoire pour progresser. » Marguerite, journaliste de formation poursuit : « Croisez les sources ! Vérifiez ce qu’elles vous disent et leur expertise ! » Quelques jeunes garçons au fond, stagiaires à la médiathèque, bâillent en zieutant leur portable. Les intervenantes concluent : « On espère avoir au moins semé quelques graines… qui pousseront peut-être plus tard ! »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search