Synthèse : L’approvisionnement alimentaire face au monde de demain

L’instabilité, la pauvreté et l’inégalité perturbent l’approvisionnement alimentaire. Des solutions utopistes voient le jour pour pallier les problèmes d’accessibilité aux denrées alimentaires et des voix s’élèvent pour défendre les plus démunies.

Les risques de catastrophes naturelles et anthropiques sont nombreux : épidémie, guerre, catastrophe nucléaire, tremblement de terre, raz-de-marée. La liste est longue et le réchauffement climatique, en augmentant les phénomènes naturels extrêmes, comme les inondations, les feux de forêts et les tempêtes, ne fait qu’accroître les dangers qui menacent la production agricole. Face à ces risques, la résilience des chaînes d’approvisionnement alimentaire devient un enjeu majeur. Pour le parti politique Strasbourg écologiste et citoyenne, il devient urgent de repenser le système d’approvisionnement pour assurer « l’autonomie alimentaire » des territoires du Bas-Rhin. Le parti dénonce un système polluant, oppresseur et inefficace et propose de « reprendre la main sur ce que nous mangeons » en développant la solidarité des citoyens pour soutenir les producteurs locaux.

Sur le papier, l’autonomie alimentaire semble une solution d’approvisionnement plus humaine et durable. Plusieurs grandes villes en France envisagent sérieusement. Mais cette utopie se heurte à l’hyperspécialisation des régions françaises et à l’inégalité de la répartition des surfaces agricoles à l’échelle départementale. Patricia Chairopoulos, journaliste pour le magazine 60 millions de consommateurs, rappelle, lors d’un entretien avec franceinfo, que l’approvisionnement local , « pour l’heure, à l’échelle de la France et avec notre politique agricole, oui, c’est une illusion. ». La journaliste se demande même si un tel système est souhaitable car sans les échanges mondiaux certaines denrées ne seraient plus accessibles, « nous ne boirions pas de café ni de thé au petit déjeuner ».

L’autonomie alimentaire questionne la répartition des surfaces agricoles sur le territoire français. Cette inégalité de production entre les départements et les régions a déjà posé problème par le passé. Dans une étude, l’historien Erik Langlinay, explique que lors de la Première Guerre mondiale de 1914-1918, le Nord-Est de la France était soumis à l’autorité allemande et que l’État avait tant bien que mal tenté d’organiser le ravitaillement de son armée et des civils. A la fin de la guerre, les inégalités territoriales étaient telles que Maurice Long, ministre du Ravitaillement, déclarait : « Des communes ont manqué [de pain] pendant huit à dix jours. Je ne puis garantir donner du pain à toutes les petites communes. Une considération domine : c’est celle de l’ordre public. [ …] Lorsque j’aurai à choisir entre une agglomération de 1 500 habitants et une ville comme Lyon, je n’hésiterai pas : je réduirai la première à la portion congrue pendant un mois. ». Une décision inégalitaire que le ministère justifiait par la présence des mouvements populaires en ville.

L’inégalité territoriale n’est pas la seule à remettre en perspective l’approvisionnement alimentaire. La pauvreté est toute aussi limitante à l’accessibilité des ressources. Clara Jamart, responsable du programme « Plaidoyer pour la sécurité alimentaire » de l’Oxfam, dénonçait en 2014, lors d’un entretien avec France Inter, l’inaccessibilité des plus pauvres aux ressources alimentaires. Selon la politologue, c’est la spéculation et l’objectif de faire du profit qui augmentent les prix et les rendent « de plus en plus volatiles […] c’est-à-dire qu’on peut avoir des pics de prix de plus en plus fréquents ». En pariant sur le cours des matières premières agricoles, les spéculateurs provoquent des crises alimentaires mondiales, comme celles de 2008, et privent les ménages les plus pauvres des denrées alimentaires de base.

Stabiliser les prix des marchés agricoles à l’échelle mondiale pour résoudre l’inégalité qui frappe les régions les plus démunies n’a jamais abouti d’après Philippe Chalemain. Lors d’un entretien pour France Culture en 2020, l’économiste revenait sur les propos tenus par Clara Jamart en 2014. « Dans un monde comme celui dans lequel nous vivons aujourd’hui, marqué au coin de l’instabilité » c’est l’offre et la demande qui régule le cours des prix des matières premières agricoles. Les émeutes de la faim qui ont marqué la crise alimentaire de 2008 étaient des « émeutes de la pauvreté liées à la mal gouvernance » des pays touchés. Une situation qui n’est pas prête de disparaître car « globalement, c’est sur les produits agricoles que l’incertitude climatique est la plus grande ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search