Le régime paléolithique : l’alimentation au-delà de la nutrition

La question de l’alimentation est au cœur du survivalisme. Les membres de cette communauté élaborent de longues listes de recommandations nutritionnelles. Pourtant, leur rapport à l’alimentation va plus loin qu’un simple outil de survie, et touche à la philosophie même du mouvement survivaliste.

Avec la crise sanitaire, le survivalisme ne s’est jamais aussi bien porté. La crise économique a déja provoqué des pénuries alimentaires : un rapport de l’Académie d’Agriculture de France, publié en novembre 2021, montre que le prix des denrées alimentaires a augmenté de plus de vingt pourcents durant la crise de la Covid-19.

 Les survivalistes cherchent à anticiper un effondrement imminent de la société, et mette la question de l’alimentation au centre de leurs préoccupations. Sur internet, leur principal moyen de diffusion, les blogs spécialisés regorgent d’informations à ce sujet. Le site « Autonomie & Survivalisme » liste les aliments à privilégier pour un régime parfaitement équilibré : riz, pâtes, semoule, fruits secs ou encore confitures. Il met également à disposition un calculateur de calories afin d’estimer la durabilité d’un stock. Le site « guide-survivalisme.fr », quant-à-lui, insiste sur l’importance de la chasse et de la cueillette pour tenir sur la durée.

Cette course à l’alimentation parfaite dépasse pourtant la simple question de la nutrition. Catherine-Marie Dubreuil, ethnologue à l’Université de Limoges, estime que ces habitudes releve d’un « régime paléolithique[1] ». Une alimentation où la qualité nutritive n’est plus le critère principal, contrairement à ce que laisse sous-entendre la communauté survivaliste. « Les adeptes [du régime paléolithique] voudraient fuir l’enfermement de l’homme contemporain. Ils rêvent d’un humain qui le libère du dressage auquel il est soumis, qui retrouve son état sauvage supposé ». Une idéologie politique et philosophique se cache derrière la simple question de l’alimentation. « Le cheminement consiste dans un premier temps à remettre en cause la sécurité sous sa forme alimentaire, puis la sécurité sanitaire, il s’étend ensuite aux politiques, aux expertises ». L’alimentation préconisée est donc principalement celle qu’aurait pratiquée les hommes primitifs, proches de la nature sauvage.

Finalement, le contrôle alimentaire des survivalistes va plus loin qu’une simple recommandation nutritionnelle : « il ne peut être compris que par rapport à un dessein plus vaste : « reprendre la maîtrise de soi [pour être capable] de faire face à des situations inconnues ».


[1] « Alimentation et projets de survie entre restriction et contrôle global : la tendance orthodexique et le régime paléolithique », Catherine-Marie Dubreuil, 2016



Citer ce billet
ludovicjoanno (2022, 1 mai). Le régime paléolithique : l’alimentation au-delà de la nutrition. Le Grand public. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qtaa

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search