Une invasion d’insectes ? Rendez-vous dans un bunker rempli de champignons

La champignonnière de Strasbourg est une véritable ferme urbaine en milieu clos. Retour sur les avantages et les inconvénients de la culture dans un bunker.

Culture de shiitakes

Derrière la gare de Strasbourg, une muraille semble protéger la ville d’une grave menace. Une porte en métal d’époque semble abriter bien des mystères. Une jolie enseigne en bois nous indique que les fortifications de la ville de Strasbourg abrite juste une champignonnière. L’odeur du Bunker Comestible exhale les spores et l’humidité. “On vient juste de s’installer” explique Benoît Le Gène, acheteur pour la Fédération des aveugles Alsace Lorraine Grand Est et responsable du lieu.

Lagrande salle qui servait d’entrepôt de poudre à canon produit des champignons depuis septembre 2021. Le volume cultivé ne représente pas grand chose dans la production mondiale, en augmentation rapide et constante depuis 40 ans. 10 millions de tonnes sont produits chaque année dans le monde. Derriere une apparence assez simple, la culture moderne de champignons est hautement technique et la France est très bien placée dans la production. 

Trois portes blindées d’époque, larges et épaisses, protègent la grande salle remplie de boîtes noires. Dans ces blocs de paille et de sciure emballés dans des sacs poubelles recyclables, le champignon double de taille chaque jour ! Deux types de champignons sont cultivés : les pleurotes et les shiitakes. Les pleurotes sont célèbres pour leurs abondances et leurs goûts, en plus elles contiennent jusqu’à 5 fois plus de protéines que la plupart des légumes ! Tandis que les shiitakes, aussi appelés champignons parfumés, très prisés dans les restaurants parisiens, sont reconnus pour leurs saveurs et leur apports nutritionnels.

Grappe de pleurote sur son bloc de paille et sciure

De nombreuses machines régulent la température et l’humidité, clés de la bonne croissance des champignons. L’ancien entrepôt de poudre à canon a été choisi parce que pensé pour limiter les interactions avec l’extérieur. Au lieu de protéger la poudre de l’humidité, on protège les champignons de la sécheresse ou des changements de température. De plus, il est possible de continuer à cultiver en toute saison.

Pendant la majorité du cycle biologique du champignon, celui-ci prend la forme de filaments; ils permettent aux champignons de se nourrir et de se diffuser. La partie comestible du champignon est le résultat de la fructification du champignon. Ce processus est provoqué par un ou plusieurs changements dans l’environnement (baisse de la température, modification de l’aération, changement d’éclairement, etc.). Le champignonniste doit donc disposer des moyens techniques pour réaliser ces changements d’ambiance ou avoir une certaine maîtrise de l’environnement. Donc la majorité des cultures de champignons saprophytes ont lieu dans des locaux où l’ambiance est tamponnée (carrières souterraines) ou climatisée (cellule ou serre plastique).

Le lieu n’a pas été pensé dans l’objectif d’éviter un cataclysme, « mais maintenant je sais où aller quand le monde se fera la malle » avoue Benoît que l’idée amuse. Sans apport extérieur, il évalue à environ 6 mois la bonne tenue des cultures. Les champignons seront de moins en moins nombreux due aux limites imposées par la taille des bottes de paille. Vu leur nombre et la taille de la chambre froide, plusieurs personnes devraient pouvoir s’alimenter durablement.

Ce ne sont pas seulement les champignons bio et sans pesticides qu’on peut faire croître dans ce genre de bunker. D’autres expériences montrent qu’il est aussi possible de cultiver des endives, des pousses de radis, moutarde, cressette et des choux rouges dans les mêmes conditions. Ces plantes peu énergivores en chaleur et en lumière n’ont pas besoin d’air renouvelé en permanence.

L’apport en eau est aussi moindre : les plantes cultivées dans une ferme urbaine consomment 10% de ce que boivent les cultures traditionnelles. Mais la pénurie surviendra car il faut renouveler les bottes de paille et de sciure pour assurer l’alimentation des champignons. En l’absence de stock il ne serait possible de tenir que quelques mois. Évidemment un peu d’électricité est nécessaire pour réguler la température et l’humidité. Est-ce qu’un générateur suffirait ? Ce n’est pas sûr, en tout cas le temps serait compté ce qui fait que toute catastrophe naturelle durant plus d’une année serait dévastatrice.

Mais imaginons que les insectes colonisent la terre et détruisent toutes les récoltes sauf celles de votre bunker. Vous pourriez tenir plusieurs mois avec votre famille en mangeant des pleurotes et des radis mais ne permettant pas d’éviter les carences alimentaires, l’apport en vitamine D serait assuré mais l’apport en glucides et en graisses serait insuffisant.



Citer ce billet
germainhugo (2022, 1 mai). Une invasion d’insectes ? Rendez-vous dans un bunker rempli de champignons. Le Grand public. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qta9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search