Stranger Things : de nouveaux scientifiques ?

Alors que la saison 4 de Stranger Things approche à grands pas (2022), retour sur sa représentation des scientifiques. S’éloignant d’une caricature standard, la série en propose une image multifacette, plus diversifiée qu’à l’ordinaire.

Qu’est-ce qu’un scientifique ? Un savant fou aux airs d’Einstein et aux expériences immorales ? Un expert des sciences à qui on peut faire confiance ? Autant d’images caricaturales des scientifiques développées par la majorité des œuvres de fictions depuis Frankenstein ou Jurassic Park. La série Stranger Things, de sont coté, ne reste pas sur un seul stéréotype. Au sein de son récit, elle se démarque et construit un panel de personnalités scientifiques différentes et incomplètes.

Série de science-fiction, Stranger Things a été créée par les frères Duffer. Peu originale dans son scénario, elle se démarque par la diversité de ses références aux années 80. La mise en scène de jeunes personnages pris dans une aventure surnaturelle et effrayante, rappelle les fictions de cette époque (E.T, Ça). Dans une ambiance paranormale telle Alien ou The Thing, la série développe des personnages atypiques.

L’histoire débute en 1983, à Hawkins, une petite ville des Etats-Unis. Un jeune garçon disparaît dans d’étranges circonstances. L’intrigue évolue ensuite tout au long des années 80, dans une ambiance parfois inquiétante. Histoire d’amitié et d’amour, phénomènes paranormaux, quête de vérité ou projets expérimentaux préoccupants, sont autant de thèmes abordés par la série. Au fil des épisodes, les scientifiques sont omniprésents et des expérimentations, influencées par le gouvernement en période de guerre froide, conduisent à l’ouverture d’un monde parallèle qui libère un monstre.

Les personnages scientifiques développés suivent en majorité des archétypes classiques. Le Dr Brenner, en particulier, responsable des expériences au laboratoire d’Hawkins, est présenté comme un chercheur important. Éloigné des vrais chercheurs dépendant de leurs publications éthiques et concertées, il s’approche plus du savant fou. Cheveux gris et seul maître de ses expériences, il est bercé par sa folie de la découverte et du prestige. Autoritaire par des chantages menaçant, « vous devez [lui] faire confiance », voire comme ses cobayes l’appeler « papa ».

Le Dr Owens, son successeur, malgré quelques traits similaires, se montre plus aimable et ouvert d’esprit. Présenté comme un scientifique omniscient, c’est son aspect de médecin qui ressort. Il veut aider ses patients, dont Will, un des personnages, qu’il veut sauver bien qu’il soit condamné. Il se rapproche aussi d’une réflexion plus proche des scientifiques réels : concertation avec des pairs, admission des erreurs et de la méconnaissance des scientifiques sur certains sujets.

Le professeur de SVT du collège local, Pr Clarke, incarne une image positive et enthousiaste de la science. Il ne cherche pas le prestige mais à partager sa passion pour les sciences avec le plus grand nombre. Comme un médiateur scientifique pour le public de la série, il explique les phénomènes complexes mais montre aussi que « la science est plutôt sensas, mais pas forcément indulgente ».

Éloignée des réels scientifiques, la série décrit toutefois des fonctions et des relations différentes à la science grâce à ses personnages. A travers eux, elle montre ainsi que la science n’est pas bonne ou mauvaise mais dépend des mains dans lesquelles elle se trouve.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search