« Les dinosaures, c’est ce qui enflamme l’imagination »

Photographie de la vallée des dinosaures, au parc Paléopolis, Gannat, Allier (03). Crédit photo : @Paléopolis

Nous avons rencontré Josselin Griffet, médiateur scientifique à Paléopolis, la colline aux dinosaures, petit parc scientifique et paléontologique à Gannat, au cœur de l’Auvergne.

Il n’y a pas de dinosaures en Auvergne, mais le parc Paléopolis est nommé « la colline aux dinosaures », et ils sont beaucoup représentés sur le site. Qu’en pensez-vous ?

On ne peut pas parler de paléontologie sans les dinosaures, c’est ce qui enflamme l’imaginaire des petits. C’est un argument de vente de poids pour les faire venir. Entre les scolaires et les familles, on accueille majoritairement des enfants entre 3 et 15 ans. Même si avec les adultes accompagnants, on peut monter à 90 ans !

L’une des missions de Paléopolis est la valorisation du patrimoine géologique et paléontologique de l’Allier et de l’Auvergne, et plus largement la paléontologie en général. Nous avons plusieurs bâtiments répartis sur 5 hectares, l’un d’eux fait 500 m² que sur l’évolution, il y a 300 pièces dont les deux tiers sont des originaux. Un autre se veut plus ludique, avec notamment des casques de réalité virtuelle pour observer des animaux disparus.

Quelle est la place du patrimoine fossile local dans le parc en comparaison des dinosaures ?

Sur les espaces extérieurs du parc, la paléontologie régionale est plus effacée par rapport aux dinosaures. Mais elle est bien représentée dans l’exposition sur l’histoire de la vie. On insiste beaucoup dessus, avec trois ou quatre endroits sur des fossiles d’Allier et d’Auvergne. Leur mise en valeur est assez bonne, mais on pourrait faire mieux. En réalité, on fait venir le public grâce aux dinosaures pour leur faire découvrir des choses insoupçonnées sur les fossiles locaux. Mon préféré, c’est une défense de mammouth laineux venant de Chemilly, au sud de Moulins. Elle témoigne que, même si nous n’avons pas découvert de fossiles de dinosaures en Allier, nous avons quand même des restes d’animaux disparus emblématiques.

Quelle est votre journée type ?

Ça dépend des journées et des publics qu’on accueille. Quand on est ouvert au grand public (mercredis, week-ends et vacances, NDLR), on ouvre les expositions et on installe les ateliers en arrivant vers 9h30. On effectue ensuite les visites et les ateliers jusqu’à 18 h, puis on range et on ferme. Avec les scolaires, c’est similaire, mais puisqu’ils ne sont pas là toute la journée, on a plus de temps pour la veille scientifique et la préparation des ateliers.

La préparation et le rangement sont d’ailleurs des moments très prenants. Les nouveaux ne s’attendent pas à tout ce côté peu reluisant, mais qui fait partie intégrante du métier. Surtout ici, où ça peut parfois être salissant. Ça peut facilement représenter un quart à un tiers de la journée !


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
charlotteviannay (10 décembre 2021). « Les dinosaures, c’est ce qui enflamme l’imagination ». Le Grand public. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qt9d


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search