Chauve-souris, anagramme de souche à virus ?

Dans l’histoire, les chauves-souris sont connues pour être porteuses de maladies. Depuis la COVID-19, la recherche de son origine a remis ces chiroptères sur le devant de la scène. Mais cette réputation est-elle fondée ?

“Bat Subway” by darkday. is licensed with CC BY 2.0. To view a copy of this license, visit https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/

L’analyse des virus portés par dix espèces différentes de chauves-souris présentes dans des grottes au Laos, par les chercheurs de l’Institut Pasteur, a révélé la présence de trois coronavirus au génome presque identique au Sars-CoV-2. Alors que divers coronavirus ont déjà été observés dans d’autres espèces, ceux-ci se distinguent par leur capacité à contaminer l’Homme. Cette découverte, présentée comme « une avancée majeure » par les chercheurs, n’apporte pas toutes les réponses. En effet, ces virus restent dépourvus de la fonction les rendant pathogènes. Il est donc difficile aujourd’hui de faire un lien direct entre eux et l’épidémie.

Par le passé, d’autres maladies virales portées par les chauves-souris ont pu se propager. Les hénipavirus tels le virus Hendra (découvert en 1994) et Nipah (1998), les filovirus tels Ebola (1976) ou encore les coronavirus ayant induit la première épidémie de SRAS (2002) et de MERS (2012), ont aussi pu être transmis à l’Homme. Générés par le « ramassage de leur guano [excréments] pour l’agriculture, […] la visite touristique des grottes [et] la consommation de leur viande », indique Marc Eloit, virologue à l’Institut Pasteur, ces virus ont engendré plusieurs centaines voire milliers de décès à travers le monde.

Aujourd’hui différents types ou versions de virus transmissibles à l’Homme sont découverts chez ces animaux. De nouvelles formes d’Ebola ont ainsi pu être observées chez des chauves-souris en Afrique et en Chine. D’autres comme les picornavirus, responsables d’encéphalites, en Corée du Sud et au Cambodge ou encore ceux de Zwiesel bat banyang et d’Issyk-Kul en Allemagne, sont venus agrandir le panel des virus qui représentent un danger plus ou moins important pour l’Homme. Leur surveillance reste donc indispensable.

La France n’est pas épargnée par les maladies dues aux chauves-souris. Depuis la vaccination des renards et des chiens contre la rage, seules ces chiroptères restent le vecteur de cette maladie sur le territoire. Les deux espèces de chiroptères (sur 35) porteuses de la rage, en France, peuvent présenter jusqu’à 3 versions du virus. Ainsi, « les deux circonstances d’exposition les plus fréquentes [à la rage en France] » comme l’explique de Perrine Parize dans son article, restent « les manipulations [griffures, contact avec les muqueuses] ou les morsures » de chauves-souris.

Au total 60 virus ont pu être détectés dans le sang, les organes ou les excréments de chauves-souris. Ce qui est bien plus élevé que pour d’autres mammifères. Cette diversité importante peut s’expliquer par plusieurs facteurs : la pluralité des espèces (1400 dans le monde), des habitats et des régimes alimentaires (insectivore, frugivore et même hématophage). Mais comment cet animal peut-il en supporter autant ?

La réponse n’est pas évidente. En effet, les chauves-souris possèdent un système immunitaire unique leur permettant de résister à plus de virus qu’un autre mammifère. « Si notre corps tentait la même stratégie, notre système immunitaire enclencherait une inflammation étendue. » souligne Cara Brook, post-doctorante à l’Université de Berkeley. « Les chauves-souris semblent être les seules à pouvoir éviter la menace d’une maladie immunitaire » ajoute-t-elle. Pourtant le fonctionnement de ce système si performant reste méconnu.

Plusieurs hypothèses existent, dont une prédomine actuellement : l’équilibre de leur système immunitaire dû à leur évolution adaptative. En effet, au fil de leur évolution, l’organisme des chauves-souris aurait réussi à trouver un équilibre entre défense et tolérance face aux virus et ainsi mieux y résister.

Dans l’attente de la confirmation de cette théorie, une certitude persiste : comprendre cette immunité fournirait des éléments précieux pour la recherche. Elle permettrait de mieux prévenir les futures maladies transmises par les chauves-souris voire lutter contre nos propres pathologies.

Cette problématique ne provient-elle pas directement de l’Homme ? La modification des milieux naturels, le braconnage et son commerce,… impliquent une augmentation des contacts et donc des infections. Ainsi, le respect des écosystèmes permettrait d’éviter d’ores et déjà de futures épidémies. Alors qu’attendons-nous ?



Citer ce billet
chloeball (2021, 10 décembre). Chauve-souris, anagramme de souche à virus ? Le Grand public. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qt98

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search