Sur les traces des animaux du musée.

Puisque les travaux de rénovation ont récemment commencé au Musée de Zoologie, nous nous sommes demandé où avaient été envoyées les collections. David Carita, adjoint au conservateur dudit musée, nous a invité à découvrir leur nouvelle demeure en compagnie de Samuel Cordier, directeur du Musée de Zoologie, et de Ludovic Chauwin, régisseur des collections des musées de la ville de Strasbourg.

« Vous êtes les premiers visiteurs » dit David Carita, adjoint au conservateur du Musée de Zoologie, au sortir de l’ascenseur, tout sourire. Et elles sont là, sagement entreposées en rang, à attendre. Les collections du musée. Presque 1,2 million de pièces. D’un côté, des caisses à claires voies pour les plus gros spécimens. D’un autre, une nuée d’oiseaux qui patientent sur des étagères, positionnés de la même manière qu’ils l’étaient autrefois, dans les armoires du musée. Sur le troisième côté, les insectes sont soigneusement rangés dans leurs tiroirs et quelques caisses demeurent pour les coraux. Au fond, les anciens meubles de bois recèlent toujours leurs ossements.

Lunettes en main, le directeur du musée de Zoologie, Samuel Cordier, confie que ce déménagement a été minutieusement préparé et suivi. « Nous l’avons accompagné dans le but de se rassurer mutuellement, les équipes du musée comme les déménageurs. » En effet, certaines pièces peuvent se briser aisément, comme les pattes des insectes. D’autres pièces, qui pouvaient sembler robustes d’un premier abord, se sont révélées plus fragiles que prévu et ont pu être manipulées en conséquence.  Les sondages ont été fréquents afin de vérifier la casse. Cette précaution a payé, puisque les accidents n’ont pas été plus nombreux que lors des manipulations classiques. Cependant, certains spécimens n’ont pas pu être du voyage et sont donc restés au musée. Les Blaschka par exemple, ces statues de verre filé extrêmement délicates. Ou bien le morse et l’éléphant de mer, trop imposants pour le bâtiment.

Mais ils ne sont pas les seuls à manquer à l’appel. Un coup d’œil circulaire suffit pour s’apercevoir que quelque chose manque : les bocaux de verre remplis de liquide. C’est bien normal. Ces collections ont été déplacées dès 2012, sur demande des conservateurs des bâtiments abritant le musée. En effet, la prédominance du formol dans les liquides de conservation présente des risques. Le formol est une substance liquide utilisée depuis longtemps pour la conservation des tissus mous. Il les empêche de se décomposer. Cependant, son utilisation présente des risques, à l’utilisation ou bien en cas de casse des bocaux. Outre son classement comme cancérogène et son inflammabilité à température ambiante, il est irritant pour la peau, les yeux et les voies respiratoire, voire caustique. Pour cela, ces spécimens sont actuellement conservés dans un bâtiment aux normes strictes (éclairage anti-déflagration, isolation) et au mobilier adapté, avec des bacs de rétention.

Ainsi sont réparties les collections du musée de zoologie. Quelques pièces sont restées à domicile, d’autres occupent un bâtiment spécialisé, le reste l’”Union Sociale”. Ce dernier se situe à quelques minutes à pied de l’arrêt « Port du Rhin », dans le quartier des Deux-Rives. Ce bâtiment, qui a vu le jour en 1959, est un héritage de la COOP Alsace. Née en 1902 d’un rassemblement d’ouvriers souhaitant acheter et distribuer des denrées alimentaires, l’entreprise a marqué le paysage architectural du quartier. L’Union Sociale était d’ailleurs, initialement, un entrepôt de stockage. C’est en 2015 que les musées de Strasbourg l’investissent. « Nous avons le projet d’y accueillir la moitié des collections de tous les musées de la ville » révèle Ludovic Chauwin, régisseur desdites collections et de l’Union Sociale.

Trois étages sont dédiés à la conservation, d’autres services annexes y ont trouvé également une place, comme la documentation ou la restauration des pièces. À terme, le bâtiment abritera des collections des plus diverses, allant des sculptures au mobilier art déco, en passant par des peintures, des costumes, et même des jouets provenant du musée Tomi Ungerer. Malheureusement, les conditions de conservation étant homogènes sur l’ensemble des étages, il sera impossible d’y stocker certains objets, notamment la ferronnerie d’art. Mais pour l’instant, ce sont les spécimens du musée zoologique qui occupent tout l’endroit. Ils le libèreront d’ici vingt-six mois, lorsqu’ils retourneront tous au musée fraîchement rénové. Sur l’ensemble, seules 2000 pièces intégreront la nouvelle scénographie. En attendant leur retour, 300 bocaux, dont les fluides conservateurs sont l’éthanol et le glycérol, seront présentés au Musée d’Art Moderne en Décembre dans le cadre des actions hors les murs.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search