Quelle frontière entre médiation et tourisme dans le Géoparc de Lanzarote ?

En attribuant son label en 2015, l’UNESCO a fait de Lanzarote et des îles Chinijo s’y rattachant un des 169 Géoparcs de son réseau mondial. 

Géoparc de Lanzarote – Photo par Stéphanie Demaretz

La première image saisissante de Lanzarote à travers le hublot de l’avion est celle d’un paysage aride et quasiment désertique. La terre noire, brune ou ocre à certains endroits de l’île se retrouve ponctuée par le blanc éclatant des villes côtières. Puis jaillissent ces géants du passé, les volcans qui se sont principalement formés lors des éruptions volcaniques de Timanfaya entre 1730 et 1736. C’est ce patrimoine géologique particulier qui a été labellisé.

Selon l’UNESCO, la principale mission d’un Géoparc consiste en « l’éducation, la diffusion et l’information autour des sujets en lien avec le volcanisme et l’environnement naturel.» Le parc national de Timanfaya, qui fait partie du Géoparc de Lanzarote, s’inscrit dans cette démarche.

Orlando, directeur d’une agence de tourisme basée à Arrecife, capitale de l’île, oriente toujours le visiteur vers le parc national de Timanfaya : « L’entrée du parc, se trouve juste à côté du restaurant panoramique « El diablo » qui offre une vue à couper le souffle. La visite se fait en bus, au milieu des volcans et on vous montre également l’effet de la géothermie, c’est impressionnant ! ». Le parc national n’est pas accessible librement, les visites sont guidées et en groupe.  La fréquentation du lieu par les touristes est importante car il fait partie d’un circuit touristique des œuvres de César Manrique, les CACT (les Centres d’Art, de Culture et de Tourisme de Lanzarote). Cet artiste local a transformé Lanzarote en y créant des lieux culturels atypiques qui allient art et sites naturels. Cette stratégie touristique permet de faire découvrir le volcanisme à un large public et d’attirer ceux qui n’y étaient pas forcément sensibles. Sur les 2,5 millions de touristes venant à Lanzarote chaque année, un peu plus d’un tiers sont venus visiter le parc national de Timanfaya en 2019.

En quittant le parc national en direction du sud par la route LZ56, on rencontre un parking aménagé à priori au milieu de nulle part. De nombreuses voitures de location s’y trouvent et des touristes s’avancent vers les sentiers aménagés qui mènent au volcan « El Cuervo ». Des panneaux explicatifs invitent le visiteur à rester sur les chemins pour préserver la mer de lave qui entoure les volcans. Le circuit mène jusqu’à l’intérieur du cratère puis fait le tour du volcan. La plupart des touristes s’arrêtent devant les premiers panneaux qui expliquent notamment que « El Cuervo » est entré en éruption le 1er septembre 1730. Les informations, données en espagnol, en anglais et en allemand, représentent l’écrasante majorité des touristes venant à Lanzarote. Étonnamment, les visiteurs cheminant autour d’ “El Cuervo” sont en grande majorité français. C’est sûrement ce qui explique que les panneaux d’information suivants ne sont pas lus par les visiteurs ou bien ceux-ci se laissent capter par l’étrange beauté de ce paysage lunaire.

Panneau du géoparc – Photo par Stéphanie Demaretz

Les informations écrites sur des affichages sont un des moyens de médiation les plus utilisés dans les parcs, comme le confirme Chloé, ex-médiatrice du parc naturel régional des Ballons des Vosges. Cependant, elle évoque une autre manière de sensibiliser le public : « On peut également faire du maraudage. Le médiateur est là pour sensibiliser les gens qui se baladent, on fait un peu le job du panneau ! ». Les manières de faire sont nombreuses, mais celles impliquant les visiteurs sont parmi les plus efficaces. Chloé choisit souvent la manière ludique: « Je leur propose différentes choses. Ce qui plaît aux enfants, plaît forcément aux adultes. Par exemple, en forêt je ramène des bois de cerfs ou des fausses pattes d’animaux (ou des vraies même) et on teste dans la neige ou sur sol humide, la trace des pattes ». Cette sensibilisation active nécessite de mobiliser des équipes sur le terrain, « le maraudage, c’est récent, cela vient du Canada. C’est surtout fait dans les zones où il y a des problèmes dus à la grande fréquentation du site » précise-t-elle.

Aucun médiateur n’a montré le bout de son nez à Lanzarote, alors que la problématique de sur-fréquentation est belle est bien présente dans le parc. Le tourisme fait vivre la majorité des 150 000 habitants de l’île canarienne et l’équilibre entre l’activité économique et la préservation du patrimoine géologique dépend de la volonté des politiques locales. Les gardes de l’environnement de l’île sont critiques vis-à-vis des organismes patrimoniaux qui les emploient tel que le Géoparc. Selon eux, ceux-ci mettent davantage de budget dans les brochures, les conférences, les invitations de scientifiques que dans la protection efficace du territoire. Ainsi, comme le souligne Igor Babou dans son étude, « le marketing territorial assure alors la « valorisation » du label qui se mesure bien souvent par des hausses de fréquentation touristique des sites » ce qui ne sert pas la préservation du patrimoine de l’île mais qui met en avant le « marketing triomphant [de] la géologie spectacle du Géoparc ».



Citer ce billet
stephaniedemaretz (2022, 1 mars). Quelle frontière entre médiation et tourisme dans le Géoparc de Lanzarote ? Le Grand public. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qta1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search