Quand des champignons vous font voir des éléphants roses

Marie Martin et Jean-Claude Alvarez publient en mars 2020, chez Toxicologie Analytique et Clinique, un papier revenant sur les conséquences du syndrome d’auto-brasserie. Deux ans plus tard, retour sur ce syndrome méconnu du public, et son lien curieux avec de minuscules champignons.

Depuis le mercredi 1er Juillet 2015, le taux d’alcoolémie sanguine qui se situait à 0.5 g/L est tombé à 0.2 g/L pour les permis probatoires, donc principalement pour les jeunes. Mais si l’objectif est d’interdire l’alcool au volant, pourquoi ne pas avoir mis cette limite au plus bas ? Tout simplement par souci d’équité envers les personnes au traitement médical particulier ou souffrant du syndrome d’auto-brasserie, aussi appelé syndrome d’auto-fermentation.

Les cas sont pourtant très rares. Au Japon par exemple, seuls 39 cas ont été recensés depuis 1952. En France, aucun n’a été rapporté. Les personnes atteintes présentent une concentration élevée d’alcool dans le sang, pouvant dépasser les 4 g/L, et ce sans antécédent d’alcoolisme, sans avoir consommé d’alcool au préalable. Souvent, c’est après une consommation d’aliments riches en glucides que le processus prend place. Ici, nulle mutation qui transformerait quelqu’un en brasserie vivante, mais l’action de levures. Les plus retrouvés appartiennent au genre Candida, puis au genre Saccharomyces. Ces petits champignons transforment le produit de la dégradation du glucose en éthanol.

Différents facteurs peuvent favoriser le phénomène. Le mode de vie et l’alimentation bien sûr, ainsi que des comorbidités, comme la maladie de Crohn ou des troubles hépatiques. De plus, prendre un traitement antibiotique ou antibactérien déstabilise la flore digestive, ce qui permet aux champignons de proliférer. Certains demeurent cependant sceptiques sur l’existence réel de ce syndrome, comme le toxicologue Wayne Jones. Il explique ainsi pour Science et Avenir que “dans le foie, nous avons des enzymes qui transforment l’alcool de sorte que la quasi-totalité de celui-ci n’aille pas dans le sang. Donc ces personnes ne peuvent pas produire assez d’alcool dans leur sang au point que cela ait une importance médicale ”.

C’est donc la double peine pour les patients atteints de ce syndrome. Ils se retrouvent facilement en état d’ébriété, avec tous les symptômes associés, y compris la perte de coordination, les chutes et les blessures qui les accompagnent. Ils sont fréquemment catalogués comme alcooliques chroniques, et exposés à la stigmatisation et aux regards critiques et sceptiques de toute part. De l’entourage, du travail, du corps médical, des autorités publiques. Les conséquences peuvent alors être la perte d’emploi, les difficultés relationnelles, la désocialisation ou la dépression. Une forme d’errance médicale s’installe, dans laquelle on vient à leur prescrire suivi psychiatrique ou cure de désintoxication qui ne traitent pas le fond du problème.

Des solutions existent pour soulager les symptômes. Des traitements à base d’antifongiques ainsi qu’un suivi nutritionnel pour diminuer l’apport en glucides apportent des résultats satisfaisants. Le suivi psychologique, psychiatrique et la cure sont envisagés pour traiter les symptômes du manque. Il devient alors nécessaire de mettre en place un diagnostic standardisé, particulièrement lorsqu’un usager de la route nie la consommation d’alcool après un dépistage positif lors d’un contrôle.



Citer ce billet
charlotteviannay (2022, 1 mars). Quand des champignons vous font voir des éléphants roses. Le Grand public. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qta3

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search