Comment la pandémie de Covid-19 a-t-elle impacté la consommation d’alcool ?

Le confinement promulgué dans de nombreux pays en mars 2020 a permis d’endiguer l’évolution de la pandémie de Covid-19. Cependant, cette mesure inédite a pu avoir des conséquences sur le comportement et le bien-être des citoyens. Dans ce contexte, diverses études se sont penchées sur la consommation d’alcool des adultes durant cette période.

L’objectif principal des études menées pendant le confinement sur la consommation d’alcool, est double. Il s’agit dans un premier temps de piloter et d’ajuster les dispositifs de prévention déployés et de capitaliser des connaissances utiles à la gestion de futures pandémies. Ces études sont particulièrement attentives aux populations à risque. Enguerrand du Roscoat, responsable de l’unité santé mentale, à la direction de la prévention et de la promotion de la santé à Santé publique France, le confirme : « Nous cherchons […] à identifier les segments de population les plus vulnérables et à en suivre l’évolution afin de veiller à ce que les inégalités ne se creusent pas pendant la période de confinement ».

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la consommation d’alcool, pendant le 1er confinement, n’a pas changé et a même diminué dans la majorité des pays européens. C’est ce que révèle l’étude de Santé publique France : 65% des français déclarent que leur consommation d’alcool est restée stable et 24% qu’elle a diminué. Une autre étude belge, ciblant la population francophone, avance des résultats qui vont dans le même sens : 49,1% des participants n’ont pas modifié leur consommation d’alcool et 24,5% considèrent l’avoir diminué.

Dans quelle mesure ces résultats basés sur des sondages reflètent la réalité ? Cette tendance à la baisse de la consommation d’alcool est corroborée par les résultats des ventes d’alcool. Causée par la fermeture des bars et des restaurants ainsi que l’annulation des évènements festifs, cette chute n’a pas été contrebalancée par les ventes d’alcool dans les grandes surfaces. D’après l’institut de sondage Nielsen, la vente d’alcool dans la grande distribution a baissé de 1,7% lors de la première semaine du confinement de mars 2020 en France. Les alcools, synonymes de festivité et de convivialité, ont enregistré les plus fortes baisses selon Iri, un autre institut français: les ventes de champagnes et de spiritueux (whisky, rhum, cognac…) ont baissé de 16% par rapport à la même semaine un an plus tôt.

Ces résultats laisseraient à penser que les européens, conscients des dangers liés à la consommation d’alcool en période de pandémie, auraient des comportements avisés et ne relâcheraient pas leur vigilance. Cependant, les études des ventes d’alcool en France durant les quatre premiers mois de 2021 viennent mitiger ce bilan. Jamais les français n’ont autant acheté d’alcool en grandes surfaces. Sur les quatre premiers mois de l’année, les ventes d’alcool ont progressé de 11% par rapport à 2020, selon NielsenIQ.

 Bien que les hausses de ventes (+63 millions de litres d’alcools achetés) ne compensent pas la baisse des consommations liées à la fermeture des bars, cafés et restaurants sur une période équivalente (-80 millions de litres), les pouvoirs publics restent particulièrement attentifs à la consommation d’alcool des publics fragiles et des jeunes. Ces groupes démographiques sont les plus enclins à augmenter leur consommation.  Aussi, l’association Addictions France Occitanie indique que 46% des patients accompagnés par l’association ont accentué la prise d’alcool depuis le début de la crise sanitaire. Selon Dominique Keller, président de cette association, « il est nécessaire de renforcer [le dispositif actuel] et de repenser la prise en charge pour accueillir de nouvelles personnes ». Les périodes post-confinements, propices au relâchement, sont également prises en compte. Christian Andréo, directeur de l’association Adixio, lutte contre les addictions en entreprise. Il indique travailler « à l’élaboration de guides d’accompagnement pour gérer le risque de consommations problématiques à l’heure du déconfinement ». C’est dans cette même logique de prévention que l’assurance maladie a ciblé les jeunes étudiants français dans une campagne accompagnant la reprise des activités festives à la rentrée 2021. Elle a édité des documents intitulés « Kit – pour une rentrée positive et réussie » visant à limiter les conduites à risques, en particulier la consommation de produits psychoactifs (alcool, tabac, drogues) dans le contexte de crise sanitaire qui perdure encore aujourd’hui. 



Citer ce billet
stephaniedemaretz (2022, 1 mars). Comment la pandémie de Covid-19 a-t-elle impacté la consommation d’alcool ? Le Grand public. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qta4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search