“Amphoralis est la chose la plus forte que j’ai pu faire”

Fanette Laubenheimer est directrice de recherche émérite au CNRS. Ses travaux se concentrent sur l’alcool et les amphores en Gaule sur la période de l’Antiquité.

L’intérêt de l’archéologie est de mieux comprendre, à partir d’objets, la société qui les a vus naître. Pourquoi les amphores sont-elles des objets particulièrement intéressants à étudier ?

L’amphore est faite pour le commerce. Elle va voyager, contrairement aux autres poteries, comme les assiettes, et posséder un vrai rôle économique. Le nom même, « que l’on porte avec deux anses », implique la notion de voyage. Les amphores étaient liées particulièrement à l’économie rurale et à l’idée de produire un surplus, de l’emballer et d’en faire l’échange. Ce qui est formidable c’est qu’elles sont identifiables. Elles peuvent porter des inscriptions peintes, informant sur le contenu, l’origine ou le marchand. Parfois, la seule forme de l’amphore suffit. Par exemple, l’amphore gauloise a le fond plat et transporte une plus grande quantité que son homologue italienne, elles sont facilement dissociables.

Est-ce que c’est habituel de compléter le travail de fouille par la comparaison avec des textes anciens ?

On essaye toujours de faire parler les objets autant qu’on peut. Cependant pour l’hydromel ou la bière, peu de récipients ont été conservés, on se réfugie donc très souvent sur les documents historiques. C’est une démarche classique en archéologie, mais qui demande un regard critique. Par exemple, les Gaulois n’écrivaient pas. Sur leurs pratiques, on a seulement des témoignages de voyageurs latins qui les analysent avec leur parti pris. Les Gaulois étaient de grands buveurs de bière. Les observateurs voyaient ce peuple boire le vin pur à la manière dont ils consommaient la bière, alors que la tradition latine était de couper le vin avec de l’eau. À ce moment-là, les Gaulois sont décrits comme des soûlards grossiers, mais c’est un point de vue extérieur. Même si c’est le seul que nous avons aujourd’hui, nous ne devons pas faire l’erreur de le décontextualiser.

Quelles sont les dernières innovations techniques en archéologie ?

Il y a énormément d’avancées sur les analyses d’objets. Par exemple pour les amphores, j’ai créé une base de données qui recense les analyses physico-chimiques caractérisant les argiles des ateliers de production des amphores gauloises. Elle regroupe une centaine d’ateliers d’amphore du sud de la France et se complète encore actuellement. Grâce à ça, on est capable de dire d’où vient exactement une amphore. Une grande avancée également est celle des analyses de contenu. Les macro-restes dans les amphores ou les chaudrons nous permettent aujourd’hui de dire quel type de liquide contenaient ces récipients, jusqu’à l’indication de la couleur du vin. C’est un réel pas en avant de l’archéologie d’avant-garde et personnellement, c’est toujours ce que j’ai essayé de faire dans ma carrière.

Habitat et jardins d’Amphoralis – Narbo Via @Arnaud Spani

Est-ce que vous ressentez un besoin de médiation sur vos sujets de recherche ?                Complètement ! Il faut éviter que les chercheurs demeurent dans leur tour d’ivoire, c’est un devoir de communiquer et partager la recherche. C’est dans ce sens qu’à Sallèles-d’Aude, en Occitanie, j’ai porté le projet Amphoralis. Créer un musée de site était pour moi une manière juste de restituer le patrimoine viticole qui avait été pris par l’achat des vignes pour les fouilles. L’idée est née quand on a trouvé les fours de potiers en nombre et bien conservés. On souhaitait les sauver, il a alors fallu se battre pour obtenir des financements, convaincre la mairie, la région, l’Europe, etc. Côté médiation, j’ai eu carte blanche. C’est un grand privilège, j’ai pu dire ce que je voulais exprimer dans ce musée, mais c’était énormément de travail. Les bouquins, les colloques, les articles, rien ne porte plus qu’un musée, car il est permanent et pour des années. Amphoralis est la chose la plus forte que j’ai pu faire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search