Le Bar des Sciences de Montbéliard : une valeur sûre

Le mardi 12 octobre, un Bar des Sciences s’est tenu à Montbéliard sur le thème des écrans. Organisé par Pascal Rémond, il accueillait la chercheuse en neurosciences Anne Pereira de Vasconcelos.

Crédit image : Jeanne Magnin

Il est 20h à l’hôtel Bristol. Les invités du Bar des Sciences arrivent tranquillement par les rues froides et désertes du centre-ville de Montbéliard. A l’entrée, Pascal Rémond les accueille chaleureusement. Les habitués le connaissent bien : il organise et anime les soirées depuis le commencement, en 2001. Aujourd’hui, Anne Pereira de Vasconcelos, chargée de recherche à l’Inserm et au CNRS, vient discuter des risques liés aux écrans.  Une occasion de découvrir un concept qui n’a pas changé depuis 20 ans, toujours avec le même succès. Dans une élégante salle de réception à l’étage de l’hôtel, les ingrédients sont réunis : un médiateur compétent, une chercheuse passionnée, des spectateurs curieux. Une conversation à trois voix peut s’engager, où chacun joue son rôle.

Pascal Rémond connaît le sien par cœur. À l’aise, les bras ouverts, cet ancien instituteur distribue la parole, relance le débat avec sympathie et humour. Comme il le dit lui-même, le succès du Bar des Sciences de Montbéliard tient avant tout à sa personnalité : « Beaucoup d’intelligence, beaucoup de gentillesse, faire en sorte de valoriser le public et les chercheurs ». De quoi maintenir une atmosphère décontractée malgré la présentation Powerpoint, qu’il préfère éviter… mais certains chercheurs y tiennent ! Le format se veut convivial : à l’origine, il se déroulait effectivement dans un bar. Rapidement, il a fallu investir de plus grandes salles. En 20 ans, plus de 600 chercheurs ou passionnés ont été invités, abordant des domaines parfois controversés, comme les OGM, l’homéopathie, ou insolites (le cirque ou la lavande). Mais les objectifs demeurent les mêmes : donner des clefs de compréhension au public, laisser les experts s’exprimer à l’écart du battage médiatique.

Anne Pereira détaille ce soir les risques d’une utilisation excessive d’écrans : manque de sommeil, sédentarité, obésité… La spécialiste des neurosciences souligne l’importance de se détacher de ces outils durant ses loisirs. Peu portée sur la polémique, elle se garde de porter un jugement sur l’omniprésence des outils informatiques au travail ou à l’école. Son approche est plus pédagogique : elle s’exprime simplement, donne des références. Seul bémol : ses réponses se font souvent longues. Elle enchaîne sur les idées qui lui tiennent à cœur, parfois sans trop de rapport avec la question posée…

Les soixante et quelques spectateurs, presque tous retraités, n’en restent pas moins suspendus à ses lèvres. D’abord, ils n’osent que des questions timides, en levant la main :  « Qu’entendez-vous par un excès d’écrans ? », « Pouvez-vous parler de la lumière bleue ? ». Rapidement, ils enchaînent sur des soucis pratiques. « Comment fait- on pour passer sa télé en lumière rouge ? », « C’est efficace, les lunettes anti lumière bleue ? » Peu à peu, ils  osent s’indigner : « Il y a quand même de plus en plus de classes qui sont ‘’tablettisées’’ ! » « Est-ce que la société ne nous contraint pas à utiliser les écrans ? »

Les deux heures passées, certains s’attardent pour discuter avec la scientifique. Anne Pereira s’inquiète, pensive : « J’aurais peut-être dû laisser plus la parole aux gens… ». Elle aurait pu, mais n’a déçu personne. Le Bar des Sciences a encore une fois suivi la formule qui a fait sa réussite. Même si, plus qu’à un bar, l’assemblée de ce soir ressemblait surtout à la salle de classe dont rêve tout instituteur…



Citer ce billet
jeannemagnin (2021, 10 décembre). Le Bar des Sciences de Montbéliard : une valeur sûre. Le Grand public. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qt9c

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search