Des cimetières toxiques

La pandémie a attiré l’attention sur un problème qu’on préfère en général ignorer : la gestion des corps. Comme le montrent trois études récentes, ceux-ci peuvent libérer d’inquiétantes concentrations de polluants.

Cimetière ancien
“Boston cemetery” by dixie_law is licensed with CC BY-NC-ND 2.0.

Depuis plus d’un an, la mort occupe les esprits. Le nombre de décès et les risques de contamination ont poussé les autorités à prendre des mesures extrêmes, à l’image des fosses communes surpeuplées de Hart Island, l’île cimetière américaine. De quoi attirer l’attention sur les pompes funèbres, un secteur traditionnellement discret et peu régulé. Les cadavres peuvent contenir des polluants : liquide d’embaumement, médicaments ou drogues. De plus, ils libèrent naturellement diverses substances nocives à trop haute dose : par exemple des métaux ou du lixiviat (liquide produit par la décomposition).

Les travailleurs au contact des défunts risquent la contamination, mais les produits s’infiltrent aussi dans les sols, ou se dispersent dans l’air en cas de crémation. Les populations locales et tout l’environnement proche peuvent alors se trouver intoxiquées. Deux études brésiliennes, dirigées par le chercheur en urbanisme Alcindo Neckel, ont analysé les sols près de grandes nécropoles urbaines. Elles montrent qu’ils contiennent des bactéries indicatrices de contamination (2017) et une concentration trop élevée en cuivre jusqu’à 500m des enceintes (2021). Or « un excès de cuivre peut causer des problèmes neurologiques ou moteurs, être associé à la maladie d’Alzheimer ou à des psychoses ».

Willis Gwenzi, chercheur en ingénierie environnementale à l’Université du Zimbabwe, dénonce des réglementations insuffisantes : « Les données disponibles pour les USA, le Canada, l’Europe et l’Afrique montrent que les régulations du secteur funéraire ne sont pas adaptées aux risques sanitaires ». Pour y remédier, il propose de classifier les restes humains comme dangereux. Il faudrait alors les enterrer en s’inspirant des sites d’enfouissement sanitaire, et filtrer les fumées émises par les crématoriums.

Les chercheurs brésiliens ont interrogé des professionnels de l’urbanisme à la recherche du dispositif idéal. Une idée semble se démarquer : le cimetière vertical. De telles structures existent déjà, notamment au Japon. Il s’agit d’immeubles dotés de divers dispositifs qui évitent l’infiltration des substances dangereuses et filtrent les gaz. Les visiteurs accèdent aux tombes par des couloirs et des ascenseurs.

Alors, que diriez-vous d’un caveau avec vue sur le jardin ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
jeannemagnin (10 décembre 2021). Des cimetières toxiques. Le Grand public. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qt9b


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search