Voyages au Pays des Maths, on veut du concret !

Après trois documentaires long format sur les mathématiques début octobre 2021, Arte rend disponibles cinq des dix épisodes de la série Voyages au Pays des Maths. Décidément, la vulgarisation de l’arithmétique est appréciée en ce moment, mais encore faudrait-il aller au bout du sujet et le rendre plus concret afin d’en faciliter sa familiarisation.

« On ne va pas vraiment faire de maths, juste jeter un œil au paysage. » Telle est la promesse de la minisérie Voyages au Pays des Maths disponible sur Arte depuis le mois d’octobre 2021. Les mathématiques étant, depuis longtemps, une des matières les plus redoutées par les élèves, s’attaquer à la vulgarisation d’un domaine qui suscite autant d’a priori est un projet ardu. Malheureusement, la série d’Arte manque le coche en s’adressant au mauvais public.

Les épisodes de 10 minutes suivent tous la même trame ; tout d’abord, la problématique. Dans l’épisode sur La loi de Benford par exemple, on découvre, stupéfaits, que le 1er chiffre du prix d’un article de supermarché est plus souvent un 1 qu’un 9. Quelle est cette bizarrerie qui se déroule dans toutes les grandes surfaces que nous avons l’habitude de fréquenter ? Le narrateur change ensuite totalement de sujet et nous parle des tables logarithmiques sans que l’on comprenne le lien avec les épiceries. Au fur et à mesure des exemples, on revient cependant petit à petit à la question initiale et enfin, à sa résolution. Le problème ne vient pas de la distribution des chiffres, mais de la façon qu’on avait de les représenter. Passons d’une échelle linéaire à une échelle logarithmique et les chiffres seront alors répartis équitablement, avec autant de 1 que de 9. Fin de l’histoire, ouf ! Nous voilà soulagés, la bizarrerie n’en était pas une ! Et alors ?

Voilà le véritable point noir de la série : et alors ? Qu’est-ce que l’aboutissement mathématique de ce non-problème apporte à notre quotidien ? Les épisodes s’abstiennent de tout exemple d’application de ces lois de Benford, conjecture de Poincaré ou théorie des jeux. Les mathématiques théoriques sont clairement explicitées et l’approche chronologique des découvertes nous permet d’appréhender l’évolution des recherches en algèbre. On s’intéresse ainsi à l’opposition acharnée des mathématiciens sur certaines questions. La description des mouvements par Newton et Leibniz par exemple, qui s’affrontent pendant des années pour prouver leur théorie. Mais il manque ce qui est essentiel à la vulgarisation : les enjeux derrière la recherche.

Denis van Waerebeke, le réalisateur, n’en est pourtant pas à son coup d’essai dans ce domaine. Il a déjà signé d’autres documentaires pour Arte (Quand l’histoire fait dates, La drôle de guerre de M. Turing), mais également des films pour la Cité des Sciences ou le Musée Olympique de Lausanne.

Si l’on est satisfait de recroiser certains termes – dérivées, tables de logarithmes, cardinal – rencontrés lors de lointains cours de maths, le sentiment prépondérant à la fin du visionnage de la série reste l’inaccessibilité. Le sentiment renforcé que les mathématiques sont principalement le résultat de délires de mathématiciens fous, déconnectés de la « vraie vie » et qui occupent leurs journées à imaginer des sphères plates et des carrés sans bords. Pour toucher le grand public, c’est raté mais cette série rencontrera sans doute plus de succès auprès d’un public déjà instruit en maths, à l’aise avec les infinités d’infinis et les objets à 42 dimensions.

N’ayez pas trop d’espoirs, vous, les rétifs à l’arithmétique et allergiques à l’algèbre, cette série ne vous fera pas miraculeusement pousser une bosse des maths.

Source image : Arte.tv


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search