Discord et entraide, la communauté numérique des doctorants

Nous sommes au premier confinement de 2020. Toutes les universités sont fermées… Toutes ? Non ! Un serveur Discord peuplé d’irréductibles doctorants résiste encore et toujours à l’isolement. Et les sciences sont plus faciles pour les jeunes chercheurs retranchés dans cet espace numérique.

Pour se retrouver, les doctorants francophones possèdent depuis mars 2020 un espace dédié au sein d’un serveur Discord. 1700 membres, dont près de 400 actifs, discutent sur PHD STUDENTS par messages ou de vive voix. Une centaine de canaux leur permet de pourvoir à tous leurs besoins. Besoin de compagnie pour travailler ? Il suffit de se connecter à un salon vocal pour ne plus être seul. Perdu dans le dédale administratif de l’enseignement supérieur ? La section secrétariat propose son aide. Envie de parler du dernier film Batman ? Un message laissé sur le canal dédié au cinéma lance la discussion.

L’objectif du serveur est simple : « Il rompt l’isolement des doctorants », y compris en dehors des périodes de confinement. Ces dernières, considérées aujourd’hui comme l’« Âge d’or » du Discord par ses membres, sont passées, mais la réouverture des universités n’a pas abouti à l’abandon de ce nouveau lieu de rencontre… Le besoin pour les doctorants de se retrouver est toujours là. Il permet de « de mieux vivre le doctorat » explique un membre du serveur. Et si l’évolution future de PHD STUDENTS peut être discutée, il ne fait aucun doute qu’il a déjà essaimé de l’entraide et des connaissances au-delà de ses frontières.

Les 70 000 doctorants en France, souvent enfermés dans leur carcan disciplinaire, avaient jusque-là peu l’occasion de rencontrer leurs collègues et de s’ouvrir à d’autres domaines de recherche. Pour certains, comme Célia, ce serveur a ainsi été l’occasion de « découvrir le fonctionnement d’autres doctorats ». Mathilde Maillard,une des cofondatrices de PHD STUDENTS est également à l’initiative de Bien Dans Ma Thèse, un projet de promotion du doctorat. Elle estime que « les membres du serveur sont tout à fait aptes à parler du doctorat, car ils ont à leur disposition une vision non restreinte de la réalité du terrain ».

Cette interdisciplinarité et la communauté qui sont au cœur de ce projet apportent à ces doctorants un avantage certain dans leur thèse. Une section entière du serveur est dédiée à l’entraide pour le travail. Cela va de l’aide à la rédaction à des formations sur des outils et techniques transdisciplinaires en passant par des réponses aux questions que chaque étudiant se pose sur les problématiques de sa thèse sortant de son champ d’expertise. Des doctorants se retrouvent ainsi inclus dans les remerciements d’une thèse grâce à l’assistance qu’ils ont apportée à sa rédactrice.

Au-delà des échanges d’experts sur des questions pointues, la vulgarisation est aussi présente sur le serveur. Elle est parfois structurée sous la forme de séminaires internes où un doctorant vulgarise sa recherche, mais aussi sous des formes plus ludiques comme « Pitche mal ta thèse » ou « Ta thèse en 3 emojis ». Elle infuse aussi au sein des discussions qui ont lieu sur les différents canaux au gré des rencontres. Le fait même que le sujet de thèse de chaque membre soit précisé avec son pseudonyme génère une saine curiosité. Le serveur fournit donc des occasions de communiquer ses connaissances de manière plus simple et directe qu’ailleurs.

Crédit image : Konstantin Savusia / savconstantine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search