Le nouveau planétarium de Strasbourg : l’architecture au service de la culture

Le nouveau planétarium de Strasbourg devrait être terminé en 2022. Il quittera alors son emplacement d’origine, 40 ans après son inauguration, en 1982, au cœur de l’Observatoire astronomique.

Le bâtiment en chantier est facilement reconnaissable avec son étrange toit incliné et sa base circulaire. Situé Boulevard de la Victoire, entre l’institut de zoologie et celui de minéralogie, la nouvelle structure contraste avec ses voisines à l’architecture plus classique. Cette originalité n’est pas pour autant l’œuvre d’un architecte un peu trop extravagant : le bâtiment tout entier est réfléchi à travers le prisme de l’astronomie et de la culture scientifique.

De l’extérieur, il rappelle la forme des anciens observatoires astronomiques, comme celui de El Caracol au Mexique. Un clin d’œil au lien étroit qui unit observatoires et planétariums ; si étroits d’ailleurs que la confusion entre ces deux institutions strasbourgeoises est monnaie courante. Alors que l’observatoire est un lieu de production de connaissances astronomiques réservés aux chercheurs, le planétarium a pour mission principal de diffuser ces connaissances dans la société civile. Le lien est pourtant bien reel : dans le nouveau Planétarium de Strasbourg, la simulation du ciel qui sera proposé proviendra directement des données de l’Observatoire de la ville.

L’orientation du bâtiment n’a pas non plus été choisie au hasard : la structure est exactement alignée avec le méridien terrestre. Cela doit rappeller que l’astronomie dépasse les échelles humaines, et que, bien qu’étant un lieu confiné et localisé, le planétarium permet de voyager dans l’Univers tout entier. Le toit du bâtiment sera recouvert de plaques satinées afin de « refléter doucement le ciel » selon les mots de Milène Wendling, responsable du planétarium de Strasbourg. Son inclinaison permettra aux passants de distinguer le reflet des nuages et les couleurs du ciel nocturne. Une manière de s’affranchir à nouveau des limites physiques du bâtiment, et de revenir à la base de l’astronomie, qui est de lever simplement les yeux au ciel.

L’immersion continuera ensuite en pénétrant l’intérieur du bâtiment. L’accès n’est possible qu’en passant d’abord dans un premier bâtiment collé au planétarium, et qui fera office d’accueil général du Jardin des Sciences. En passant à travers un portique, on entrera véritablement dans la structure du planétarium. Un long couloir en arc de cercle, contournant la grande salle centrale, permettra de rejoindre une salle d’attente à l’autre bout du bâtiment. A mesure que l’on avance, la luminosité baissera pour nous plonger dans la pénombre ; une manière de faire tomber artificiellement la nuit en plein jour.

L’architecture du bâtiment doit permettre cette transition progressive entre le monde extérieur – illuminé par le soleil ou par les luminaires – et l’intérieur du planétarium plongé dans une obscurité indispensable à l’observation des étoiles. Le couloir montera en pente douce, afin de permettre aux personnes à mobilité réduite d’emprunter le même chemin que les autres. Une courte attente dans une sorte de « sas de décompression » et les portes vers le centre du bâtiment s’ouvriront pour dévoiler, au centre de la structure, la grande salle du planétarium.

A l’extérieur comme à l’intérieur du bâtiment, l’architecture se met au service de l’immersion. Quand la forme sert le fond.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search