Le paradoxe de la photographie animalière

L’exposition du photographe Bence Maté, présentée dans les rues de Strasbourg au mois d’octobre 2021, soulève une question. La volonté des photographes de sensibiliser leur public à la préservation des espèces ne rentre-t-elle pas en contradiction avec leurs pratiques ?

L’exposition itinérante de photographie naturaliste de Bence Maté, proposée aux pieds de la Cathédrale de Strasbourg en octobre dernier, n’est pas totalement en cohérence avec le discours de ce défenseur de la Nature. Lors de cette exposition, les 600 photographies animalières étalaient leurs couleurs flamboyantes sur des écrans géants rétroéclairés. Un dispositif coûteux en énergie pour sublimer la beauté de la Nature, en voilà une idée farfelue ! Si le modèle de l’exposition en plein air, initié par Arthus-Bertrand, permet de toucher facilement beaucoup de monde, installer des pancartes, bien moins énergivores, suffit amplement pour émerveiller.

L’exposition de Yann Arthus-Bertrand, « Terre vue du ciel », présentée pour la première fois à Paris en 2000 sur les grilles du jardin du Luxembourg, continue de voyager à travers le monde. Les photographies de notre planète prises par l’aviateur lors de ses nombreux voyages éveillent encore les consciences malgré les critiques qui, déja reprochaient à Arthus-Bertrand un double discours.

Libération soulignait ainsi qu’ Arthus-Bertrand “s’associe avec les plus grands groupes du capitalisme mondial. Pigeon voyageur faisant le lien entre les fortunes industrielles et les mendiants photogéniques, il arrose la planète d’images pieuses tranquillement dépolitisées. ». Les contraintes qui reposent sur les passionnés de photographie naturaliste sont toujours les mêmes. L’argent ne pousse pas sur les arbres et il semble que pour financer la bonne cause, il faille s’associer à des compagnies adeptes de la surconsommation et de la surexploitation.

Sensibiliser et éveiller les consciences par la photographie est une ambition que partagent beaucoup de photographes animaliers. En capturant la vie, ils cherchent aussi à transmettre leur passion pour la nature et les être vivants qui s’épanouissent, se battent et survivent sur Terre. Bence Maté explique ainsi « Ayant observé la vie sauvage pendant des années, je peux vous dire avec certitude qu’il n’y a pas beaucoup de place pour les sentiments. Il s’agit d’instinct de survie et de reproduction et de lutte pour se nourrir et s’accoupler. Les lois de la Nature semblent simples mais elles sont infiniment complexes, ce qui m’émerveille encore et toujours chaque jour. ».

Pourtant la démarche bienveillante et louable de ce passionné laisse dubitatif. Montrer des animaux en bonne santé ne nuit-il pas au discours de préservation ? Et le matériel utilisé pour réaliser et montrer ces clichés époustouflants ne participe-t-il pas à l’épuisement des ressources naturelles ? Et que dire de l’hélicoptère d’Arthus-Bertrand, qui l’élève au-dessus de tous et lui permet de voir l’ampleur des dégâts qu’il dénonce ? Entre naïveté et langue de bois, il n’y a qu’un pas.

Crédits : Maud Lied


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search