« Les visites virtuelles sont un outil de communication plus que de médiation »

Muriel Meyer-Chemenska est muséographe et directrice de Metapraxis, cabinet de design de la muséographie. Elle nous parle de son expérience et ressenti face à une nouvelle forme d’expérience muséale très à la mode depuis le confinement : les visites 100% virtuelles.

Les expositions muséales en ligne existent-elles depuis longtemps ?

Ce type d’exposition s’est un peu démocratisé au début des années 2000. On trouvait alors sur les sites web de certains musées des sortes de « teaser » de leurs expositions. C’était une offre assez séduisante, dont la nouveauté a, au début, entraîné une certaine attractivité. Mais ce type de projet présentait un manque d’interactivité. On était face à un film de la visite, ce qui finalement n’a pas su séduire le public. Mais aujourd’hui, certaines formules de visite virtuelle, comme celles pouvant être apparentées à de la réalité augmentée peuvent plutôt bien fonctionner.

Pourquoi les musées ont-ils proposé si vite des expositions en ligne avec le confinement ?

Durant cette période de crise, nous nous sommes rendu compte qu’un musée sans visiteur n’existe pas. Même si pour le bien des collections, les conservateurs ne seraient pas contre une absence de visiteurs, institutionnellement parlant, ce n’est pas possible. Dans la définition actuelle du musée que donne l’ICOM [Conseil international des musées], les principales missions de ces lieux sont de conserver et de valoriser. C’est pour continuer à assurer cette deuxième mission que les musées ont mis en place des expositions virtuelles. Mais ce qui manque dans ce type de visites, c’est une véritable confrontation physique avec les œuvres.

Une visite en ligne ne peut alors remplacer complètement une visite réelle d’un musée ?

Les visites virtuelles apportent une forme de modernité aux musées ; elles les détachent d’une image de lieux poussiéreux, mais il ne faut pas se méprendre. Comme pour la 3D au cinéma, qui ne remplacera jamais le théâtre, l’exposition en ligne va devenir partie intégrante des supports muséaux, sans pour autant remplacer le musée lui-même. Ce type de visite va peut-être se démocratiser pour les populations éloignées ou empêchées, qui n’ont pas accès aux expositions. 30% de la population en France seulement se rend au musée au moins une fois par an et 30% y va très occasionnellement, mais le reste de la population ne s’y rend jamais.

Alors la visite virtuelle serait un simple effet de mode ?

Il faut bien comprendre que les musées français fonctionnent à deux vitesses. Certains musées n’ont quasiment pas de budget pour organiser des expositions ou faire vivre les lieux. Ceux-là vont donc être attirés par ce type de technologie. Cela va leur apporter, grâce aux réseaux sociaux et au référencement web notamment, une meilleure visibilité. Cependant les grandes structures comme le Louvre ou Orsay en ont moins besoin. Les visites virtuelles sont un outil de communication plus que de médiation.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search