Pluie artificielle : Réalité scientifique ou magie fantasque ?

D’un côté, Norbert Dragonneau, sorcier du monde fictif « les animaux fantastiques » ; de l’autre, Xi Jinping, président de la République Populaire de Chine. Un point commun pour ces deux personnages que tout semble opposer : la pluie artificielle.

Pour un sorcier, faire pleuvoir en usant de magie est une simple formalité. D’un coup de baguette, le héros fait s’abattre la pluie sur Londres. Pour un moldu comme Xi Jinping, c’est une autre histoire : dépourvu de pouvoir magique, le président chinois doit se rabattre sur la science. Son gouvernement a annoncé, en septembre dernier, la mise en place d’un programme de contrôle de la météo par insémination de nuages.

Cette méthode consiste à envoyer dans le nuage un produit capable de faire condenser les gouttelettes d’eau. Un procédé connu depuis le début du 20ème siècle, mais étonnamment encore controversé aujourd’hui. Pourquoi ? Parce que, selon Louis Serra, auteur d’un rapport sur l’efficacité de la pluie artificielle « cette irritante querelle qui oppose ceux qui croient à la pluie artificielle à ceux qui n’y croient pas [serait] un problème mal posé ».

Il ne s’agit pas de savoir si faire tomber artificiellement de la pluie est possible. La réponse est indiscutablement oui. La pluie par insémination a été observée de nombreuses fois lors d’expériences en laboratoire. Mais cette technique est-elle cependant efficace dans des conditions réelles ? En effet, l’insémination ne « crée » pas de pluie, mais la « provoque ». L’énergie d’un nuage orageux correspond à l’énergie d’une dizaine de bombes atomiques. Inséminer un ciel bleu sans nuage n’aurait donc aucun impact tant l’énergie que l’on apporterait serait insignifiante. L’insémination ne fonctionne que lorsque le nuage est déjà sur le point de pleuvoir. Le « déclenchement » n’est donc qu’une goutte d’eau qui fait déborder un vase déjà rempli à ras-bord. Difficile alors, dans ces conditions, d’être sûr que la pluie est bien la conséquence de l’insémination, et non pas de l’évolution naturelle du nuage.

Avec son programme ambitieux, la Chine souhaite contrôler la météo sur les deux-tiers de son territoire. Entre science et science-fiction, le pays pourrait bien trancher ce débat centenaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search