Pourquoi se dopent-ils ?

Le 4 novembre s’est tenu à l’Université de Strasbourg le colloque international “Des critiques du sport. Controverses interdisciplinaires“, abordant notamment la question du dopage, de l’addiction et de la performance sportive.

En 2018, l’Agence mondiale antidopage a recensé 1640 cas de dopage, c’est-à-dire de consommation de substances ou d’utilisation d’actes médicaux avec l’intention d’améliorer des performances intellectuelles ou physiques. Et les chiffres sont les memes chez les sportifs amateurs, même si les enjeux sont moindres. L’Académie nationale de médecine estime qu’entre 5 à 15% des sportifs amateurs auraient également recours au dopage. Comprendre ce qui amène les athlètes à recourir à de telles pratiques permettrait d’optimiser la lutte anti-dopage et la prévention. D’après Fabienne D’Arripe Longueville, professeure de psychologie sociale à l’Université de Nice, cette conduite de transgression est liée aux notions de motivation et d’accomplissement.

Si un sportif s’entraîne non dans un but de progression mais dans un but de performance par rapport aux autres, il devient alors plus susceptible de prendre des stimulants, notamment dans des situations d’échec. “Lorsqu’un tel athlète rencontre des difficultés dans sa pratique, il va se sentir vulnérable, ce qui peut le pousser à se doper pour ne pas se sentir ridicule”.

« De même, poursuit la chercheuse, si le sportif ne voit pas le lien entre ses actions d’entraînement et les résultats, il y a plus de risque de désengagement moral, et donc de transgression ». Au contraire, lorsqu’un athlète associe son travail à de meilleures performances, sa motivation sera alimentée par ce sentiment de maîtrise et il sera moins susceptible de se doper.

En plus des valeurs morales, comme l’équité et le dépassement de soi, les athlètes qui s’entraînent pour le plaisir de progresser, ont généralement de fortes capacités sociales et parviennent mieux à réguler leurs émotions négatives. Ceci les protège des pressions sociales néfastes, très présentes dans le sport de haut niveau, et limite ainsi le risque de dopage.

« Et qu’en est-il de la fatigue ? Des blessures ? » questionne Bernard Michon, professeur émérite à la faculté des sciences du sport de Strasbourg. À ce jour, peu d’études s’intéressent au rôle de tels facteurs physiologiques dans la prise de stimulants.

Source image : unistra.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search