Les cryobanques, conservation du vivant avec ou sans utopie ?

Les cryobanques sont des structures de préservation des animaux et des végétaux qui nous renvoient une image ultramoderne et un fantasme, celui de congeler la semence de toutes les espèces pour les faire renaître dans un futur meilleur.

Innovant, le domaine de la conservation spermatique s’étend tous azimuts. La multiplication des banques de gènes, dont les cryobanques, depuis 20 ans est impressionnante : 1400 bâtiments dans plus d’une centaine de pays selon l’Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture des Nations Unies. Plantes, animaux, il est possible de tout conserver, mais l’utilité de ces centres commence à être mise en cause. Notamment, parce que les cryobanques préservent le code génétique des individus, figé dans une bulle atemporelle non soumise aux forces évolutives.

Ces initiatives « assimilent la biodiversité à un simple catalogue immuable d’espèces à un temps “t” et la conservation de la biodiversité à la construction d’une arche de Noé », souligne Laurent Godet, directeur de recherche au CNRS spécialisé en biologie de la conservation pour le journal Libération. Cela s’appelle le fixisme et les cryobanques en sont le porte-étendard. Elles permettent de conserver les espèces actuelles en se concentrant seulement sur leur nombre et leur diversité génétique. Or la biodiversité regroupe la diversité interspécifique, intraspécifique, mais également la diversité des interactions et les écosystèmes en eux même.

En France, la Cryobanque Nationale, créée en 1999, est l’un des premiers bâtiments du genre. Ses réserves abritent actuellement 434 366 doses de plus de 8000 individus différents. 27 % proviennent d’espèces menacées, leurs échantillons pourraient servir à la reconstitution d’une espèce disparue et à la préservation de la biodiversité. Faire renaître une espèce éteinte, tient cela dit aujourd’hui encore de la douce utopie. Le restant des stocks, soit 73 %, représente des statuts divers, c’est-à-dire menacé ou non. Ces échantillons sont dédiés à la manipulation génétique notamment pour l’élevage. La finalité des efforts paraît donc se concentrer sur l’exploitation, loin de l’idée de conservation.

Concernant les végétaux, les résultats semblent plus encourageants. Les scientifiques ont présentement la capacité de mettre une graine en cryobanque puis de la rendre à la terre et la faire pousser. On peut y voir une avancée indiscutable, une possible réserve en cas de disparition d’une espèce, même si la question du fixisme et du long terme se pose toujours. Nicolaï Vavilov, agronome russe du XXe siècle, avait une vision optimiste: « Si on pense qu’une variété végétale n’a plus d’intérêt aujourd’hui, il ne faut surtout pas la perdre, car si elle n’est pas résistante maintenant, son gène sera utile dans 100 ans ».

Les cryobanques ne sont donc pas à diaboliser, mais la compréhension des usages de ces structures si particulières demeure nécessaire. François Labolle, ancien directeur du Jardin Botanique de Strasbourg, explique « Les cryobanques doivent être utilisées en dernier recours pour la conservation. On doit d’abord protéger les milieux naturels ». Il faut éviter qu’elles dédouanent les mauvaises actions sur les écosystèmes et ne pas les voir que comme solution ultime de préservation de la biodiversité. D’après lui, «les cryobanques enregistrent l’histoire génétique, évolutive et la diversité des espèces », elles devraient donc être priorisées en tant qu’outil de la recherche et dans un second temps, comme un dispositif de conservation.

Tout cela serait bien plus simple si nous possédions la mallette ensorcelée de Norbert Dragonneau. À l’intérieur, les habitats y sont recréés, interconnectés, préservés et ils évoluent avec le temps. Un rêve difficilement atteignable avec les technologies d’aujourd’hui, nos parcs zoologiques et botaniques ne sont malheureusement pas encore de la taille d’une valise cabine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search