Sports compétitifs et sciences, le grand (dés)amour

Les sciences et technologies cherchent à s’imposer dans le monde du sport de compétition en améliorant les performances des athlètes. Mais les institutions sportives ne souhaitent pas qu’elles prennent trop d’importance et sont tiraillées entre la recherche de la meilleure performance et l’intégrité d’une pratique sportive équitable.

Le sport est « fondamentalement inégalitaire » déclarait la sociologue Catherine Louveau, le 4 novembre dernier, durant le colloque des critiques du sport à Strasbourg. Les sportifs de haut niveau cherchent en continu à augmenter leurs performances pour être les meilleurs et la science est un outil efficace pour favoriser cette recherche de résultats. Son utilisation est pourtant régulièrement controversée.

En 2008 ce sont les combinaisons de plongée en polyuréthane qui ont posé problème, comme les javelots striés en 1990 ou les raquettes spaghettis en 1977. Dernièrement, c’est une paire de chaussures : les Vaporfly de Nike utilisées par le marathonien Eliud Kipchoge lui ont permis de passer sous la barre des 2 heures. Selon l’étude de Wouter Hoogkamer financée par la marque et publiée dans Sport Medecine en 2019, les coureurs qui utilisent ces nouvelles semelles à base de lames de carbone pourraient économiser 4 % d’énergie. Mais même si ce chiffre peut être exagéré, les résultats des utilisateurs sont suffisants pour se demander si cet équipement est décisif pour la victoire.

La Fédération internationale d’athlétisme a choisi d’interdire ces chaussures pour que les athlètes qui les utilisent ne soient pas avantagés. Une nouvelle course a lieu en parallèle du marathon, celle des équipementiers pour séduire les sportifs avec les meilleures technologies. Les premiers prennent une part de plus en plus importante dans les résultats des seconds, aux dépens de ceux-ci. La coureuse Emily Sisson espère sur NBC que « les conversations vont revenir sur les athlètes, et non sur les chaussures qu’ils portent ».

Combien de temps va tenir cette interdiction ? Récemment, le comité olympique norvégien a levé la ban datant de 2003 sur les chambres hypoxiques pour l’entraînement des skieurs. En réduisant le taux d’oxygène de ces pièces, un athlète peut s’y reposer en profitant des avantages de la haute altitude tout en gardant ceux d’un entraînement à basse altitude. Cette préparation, appelée Live High Train Low, est une amélioration technologique des entraînements en haute altitude apparus après les JO de Mexico en 1968. Cette méthode est validée depuis 1999 par l’Organisation Mondiale Antidopage qui la considère comme un stimulant naturel d’EPO. Mais certains sont opposés à ces chambres, comme Gian Franco Kasper, président de la Fédération Internationale de Ski entre 1988 et 2021. Il décrit les caravanes de ces chambres qui accompagnaient les compétitions comme « complètement ridicules et ne donnant pas un bon exemple au public ». Étrangement, l’argument utilisé pour défendre cette levée d’interdiction est… le même que pour interdire les Vaporfly ! Il s’agit de ne pas défavoriser les athlètes n’ayant pas accès à de hautes altitudes.

La science s’immisce aussi dans le sport par le suivi scientifique de l’entraînement des sportifs. Elle permet à ces derniers d’améliorer leurs performances et de moins se blesser. L’usage de l’expertise scientifique par les sportifs s’est institutionnalisé dans les années 90 quand les scientifiques ont mis leurs connaissances au service des entraîneurs. Dorénavant, le métier de sport scientist a sa place au sein des équipes qui entourent les sportifs de haut niveau (pour plus d’informations sur ce poste, je vous propose de lire le reportage de Céline Goffette dans ce même dossier). Dans son étude « L’expertise scientifique au service de la performance sportive » publiée en 2010, Matthieu Delalandre souligne combien cette expertise peut être rejetée si elle est imposée de l’extérieur à l’entraîneur. Ce dernier peut aussi etre réticent à laisser travailler ces scientifiques avec les professionnels, pour qu’ils ne soient pas « considérés comme des cobayes » comme l’explique Anasthase Massamba, sport scientist au Racing Club de Strasbourg. La science doit être au service des sportifs et non pas prendre l’ascendant sur eux.



Citer ce billet
vincentplanchenault (2022, 1 février). Sports compétitifs et sciences, le grand (dés)amour. Le Grand public. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qt9t

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search